Anesthésie par algorithme

Essai. Spécialiste américain des technologies, Nicholas Carr s’interroge sur les conséquences de notre dépendance aux systèmes automatisés.

Par

Et si le prix à payer des machines qui pensent était des gens qui ne pensent pas ?”, se demandait en 2008 l’historien des technologies George Dyson. Nicholas Carr s’inquiète qu’on s’en remette autant à la puissance des algorithmes. Dans le brillant essai Remplacer l’humain, critique de l’automatisation de la société, il attire l’attention sur ce “faux sentiment de liberté” qu’ils procurent et sur la redéfinition de nos modes de vie. “Des services publics aux liens amicaux et familiaux, la société se reconfigure pour s’adapter à la nouvelle infrastructure numérique.

Remplacer l’humain, critique de l’automatisation de la société Nicholas Carr, traduit de l’anglais (États-Unis) par Édouard Jacquemont Éditions L’Échappée, 250 DH
L’automatisation n’est plus limitée à des tâches spécifiques et répétitives. L’ordinateur pouvant désormais effectuer des opérations complexes et prendre en charge un travail intellectuel jusqu’alors considéré comme l’apanage de l’humain, il “peut aussi restreindre notre horizon et limiter nos choix personnels, sans…
article suivant

Élection des membres de la Chambre des Conseillers : le dépôt des candidatures du 24 au 27 septembre