Polémique autour d'un faux sexe dans un film allemand tourné à la Bibliothèque nationale

Une séquence d’un film allemand tournée à la Bibliothèque nationale où l’on voit le faux sexe d’un acteur a suscité la polémique sur le net. L’établissement a réagi le 9 mai en condamnant les images et se dégageant de toute responsabilité. 

Par

Capture d'écran du trailer de Lommbock.

Des images polémiques. Dans un communiqué publié le 9 mai, la direction intérimaire de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) annonce « l’ouverture sur instructions du ministre de la Culture et de la Communication d’une enquête interne approfondie à propos des circonstances d’autorisation de tournage d’un film cinématographique étranger » au sein de l’établissement.

Une enquête motivée par le fait que cette production contient des images « inacceptables du point de vue moral étant donné que la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc est un monument prestigieux dont la symbolique et le statut doivent être préservés », poursuit la BNRM dans sa communication.

Les images, diffusées par le site achkayen en avril dernier,  montrent le faux sexe d’un acteur dans les toilettes de l’établissement.  Une séquence, « inappropriée » selon l’institution,  tirée du film Lommbock, une comédie allemande racontant les retrouvailles de deux anciens dealers de cannabis après quinze ans de séparation. Les images en question ont été tournées en 2016 dans les locaux de la BNRM.  L’établissement faisait office de laboratoire d’analyse dans le film.

Dans son communiqué, la Bibliothèque précise toutefois que l’autorisation de tournage des séquences incriminées a été donnée « 20 mois auparavant, ce qui dégage toute responsabilité directe de la direction actuelle ou du ministère de la Culture et de la Communication sous le mandat de Mohamed Lâarej« .

Contacté par Telquel.ma, Driss Khrouz , ancien directeur de la BNRM jusqu’en novembre 2016 nous explique que « la Bibliothèque nationale a donné son accord sur la base des autorisations octroyées par les autorités compétentes« . Pour l’ancien responsable, il s’agit d’une «  une fausse polémique [car] la bibliothèque n’est pas responsable du contenu du film en question. Ce n’est pas notre rôle de scruter le contenu des scènes. Nous ne sommes pas non plus responsables d’évaluer l’immoralité d’un film ou de le censurer« .

Dans sa communication, la BNRM  affirme également « son engagement à préserver l’inviolabilité de ce prestigieux monument culturel et protéger son image et son message noble contre tout ce qui est de nature à nuire à son rayonnement perpétuel et porter atteinte à son statut en tant que lieu de connaissances et incubateur de l’héritage civilisationnel du royaume du Maroc et du savoir universel« .

article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc