Pourquoi Mohammed VI s'implique dans le bassin du Congo

Pour son premier déplacement officiel en Afrique depuis novembre dernier, Mohammed VI était l'invité spécial d'un sommet pour la préservation du “deuxième poumon” de la planète : le bassin du fleuve Congo. Résurgence de l'esprit COP22, mais pas que.

Par

Mohammed VI et le président congolais Denis Sassou-Nguesso, au centre de conférences de Kintélé à Brazzaville le 29 avril. Crédit: MAP

C’est rarissime. À Brazzaville le 29 avril, Mohammed VI a signé de sa main le protocole instituant la Commission Climat du bassin du Congo à l’issue du sommet de chefs d’État et de gouvernement de la Commission climat et du Fonds bleu du bassin du Congo. La dernière fois qu’un roi du Maroc signait un accord multilatéral, c’était en 1994 lorsque Hassan II apposait son sceau sur l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). À Kintélé, quartier nord de Brazzaville, sur les berges du fleuve Congo, une dizaine de chefs d’État africains ont fait le déplacement pour plancher sur ce “Fonds bleu” et cette “Commission climat” qui doivent permettre de mener des projets de développement durable dans cet ensemble géographique qui regroupe dix pays, et dont le Maroc ne fait naturellement pas partie. Pourtant, Mohammed VI a parcouru 5000 kilomètres depuis…

article suivant

Les trois piliers du PLF rectificative 2020