Alliances augmente son capital à travers le remboursement de ses obligations

Les créanciers d’Alliances Développement Immobilier (ADI) deviendront des actionnaires de l’entreprise suite au remboursement des obligations émises en 2015. Le bénéfice par action sera par conséquent dilué ce qui signifie que la valeur de l’action ADI deviendra plus chère par rapport à la moyenne du secteur.

Par

Ahmed Ammor, directeur général d'Alliances. Crédit: Aicpress

Chose promise chose due. Ahmed Ammor, directeur général d’Alliances (ADI) avait confirmé à l’occasion de la présentation des résultats 2017 du promoteur immobilier, que le remboursement de la dette de l’entreprise aura lieu « normalement », conformément aux dispositions prévues. Les obligations remboursables en actions (ORA), émises par Alliances en 2015 dans le cadre de la restructuration de sa dette et qui avaient permis le roulement d’autres ORA émises en 2012, arrivent à échéance fin avril 2018.

Les nouvelles actions seront cotées à partir du 9 mai 2018 à un prix d’émission fixé à 155 dirhams. « L’augmentation de capital en question ne va pas générer de flux en termes d’activité étant donné qu’elle est déjà consommée sous forme d’obligations» nous confie un analyste de la place.

Quid de la valorisation ?

Le nombre d’actions après augmentation de capital passera de 12,6 à 19 millions. Les gestionnaires de fonds surtout obligataires et monétaires qui détiennent les ORA Alliances (BMCE banque, BKG, Valoris, AXA entre autres) devront vendre les actions nouvelles pour rester conformes aux ratios prudentiels imposés par la loi. Ce qui risque d’entrainer une offre très importante sur le marché actions qui est logiquement synonyme de baisse de son cours. Les actuels actionnaires et gérants de portefeuilles craignent une dilution du bénéfice par action (BPA) qui implique automatiquement une cherté des titres ADI.

article suivant

Essaouira mise sur une relance créative et volontariste