Zafzafi à la barre

Le leader du Hirak comparaît depuis le 9 avril devant la Chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca, dix mois après son arrestation. Récit d’un procès spectaculaire.

Par

Tribun habitué à haranguer les foules à 
Al Hoceïma, le leader du Hirak 
a monopolisé 
l’attention lors de sa comparution. Crédit: TOUMI/TELQUEL

Doigts en V, tête haute, démarche décidée. Nasser Zafzafi s’avance en héros sous les acclamations du public vers la barre de la salle 7 de la Cour d’appel de Casablanca. Le leader du Hirak, en détention provisoire à la prison de Oukacha depuis juin 2017, n’a rien perdu de son “orgueil de Rifain”, comme il se plaît à dire. Pas même devant le président Ali Torchi et ses conseillers, devant lesquels il comparaissait pour la première fois depuis le début du procès des 54 détenus du Hirak à Casablanca, ce lundi 9 avril 2018. Il est alors le 53e détenu à se présenter à la barre. Seul son “second”, Nabil Ahamjik, lui succédera. Une brochette de personnalités publiques se bousculent pour se faire une place sur la quinzaine de bancs de la salle, où se mélangent une forte odeur de renfermé et des effluves nauséabonds de sueur. Parmi l’assistance, on apercevra le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer