BD. Dessine-moi un monde arabe libre

Du Maroc à l’Irak et d’Égypte en Jordanie, la nouvelle bande dessinée arabe défie les censures et réinvente l’art de la narration visuelle. Tour d’horizon.

Par

Elle est libre, drôle ou grave, irrévérencieuse et piquante, elle se joue des codes, des ordres moraux et de toutes les censures. Et elle est populaire. La nouvelle bande dessinée arabe connaît un essor fulgurant depuis les années 2000 et surtout depuis 2011.

La nouvelle bande dessinée arabe – Short, histoires courtes en bande dessinée Collectif, traductions de l’arabe de Sarah Siligaris Actes Sud BD / Sindbad / L’Orient des livres / Barzakh, 270 p., 350 DHCrédit: DR
Les collectifs d’auteurs, avec beaucoup d’auteures, se multiplient, avec des pôles marqués au Liban et en Égypte : Samandal, à Beyrouth depuis 2007 est le doyen, suivi de Tok Tok, au Caire, depuis 2011, Skefkef à Casablanca et Lab619 à Tunis depuis 2013, Mesaha en Irak depuis 2015, Zeez à Beyrouth dès 2017, sans oublier Habka, à Benghazi, un collectif inspiré des mangas… L’ouvrage collectif La nouvelle…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés