Marocains de Catalogne, entre islamophobie et indépendance

De la reconnaissance culturelle à la représentation politique en passant par le combat contre le racisme et l’islamophobie, les Catalans d’origine marocaine tracent une voie d’intégration dans une région où la crise entre Madrid et les indépendantistes questionne et transforme l’idée de nation.

En Catalogne, les politiques publiques sont au point mort depuis que l’espace politique et médiatique est saturé par la crise entre Madrid et Barcelone.
 Crédit: Téo Cazenaves

Au 1er janvier 2017, ils étaient 207.082, selon les chiffres de l’Institut de statistiques de Catalogne. Marocains de Catalogne ou Catalans d’origine marocaine, selon les usages, constituent la population de nationalité étrangère la plus importante de la région, puisqu’ils représentent 19,89% des résidents étrangers d’une Catalogne riche de plus de 7 millions d’habitants. Fruit des migrations extérieures de la fin du siècle dernier, les “nouveaux Catalans” sont aussi un enjeu électoral au cœur des revendications d’indépendance de la Catalogne. Najat Driouech est l’une des incarnations de cette nouvelle génération d’élus qui témoigne de la transformation du modèle politique catalan. Elue sur les listes du parti de gauche indépendantiste ERC, elle est la première députée musulmane du “Parlament” de Catalogne, où elle siège en portant le voile. Cette femme de trente-six ans, qui a passé son enfance à…

article suivant

Coupure d’électricité à Casablanca : les réponses de la Lydec