Le long chemin de croix de Me Mohamed El Haini

Plébiscité pour son courage puis jeté en pâture pour ses prises de position politiques, Mohamed El Haini aura suscité la controverse dans les milieux médiatiques et judiciaires. Sa reconversion en avocat est le couronnement d’un parcours du combattant “d’opinion”.

Par

Mohamed El Haini a troqué la blouse noire de juge contre celle d'avocat. Crédit: Tniouni/telquel

Mohamed El Haini est un homme sans rancune. Écarté de la profession de juge, il a enfin regagné -en mars 2018 et après quatre ans de polémiques et de controverses- les salles d’audience, de l’autre côté de la barre. Après avoir troqué la blouse noire de juge contre celle d’avocat, il compte bien poursuivre son “combat pour l’indépendance de la justice”. Mais sa reconversion aura été un long chemin de croix semé d’embûches, où il s’est découvert une passion pour la plaidoirie et, surtout, un opposant farouche en la personne de Mustafa Ramid, actuel ministre des Droits de l’homme. D’un père camionneur mort avant son cinquième anniversaire, Mohamed El Haini est le plus jeune d’une fratrie de trois enfants du quartier populaire de Hay Bensouda à Fès, où il voit le jour en 1975. Il côtoie orphelins et rejetons à l’école…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer