Dans l’enfer de l’île de Beauté

Le 5e livre d’Antoine Albertini part d’un fait divers pour décortiquer 
les arrangements avec l’immigration clandestine marocaine en Corse.

Par

Antoine Albertini est rédacteur en chef de Corse-Matin et correspondant du Monde, auteur d’un roman, La femme sans tête (Grasset, 2013).

Le 5e livre d’Antoine Albertini part d’un fait divers pour décortiquer 
les arrangements avec l’immigration clandestine marocaine en Corse.

Un Arabe a été fumé là-bas, près de l’ancienne voie ferrée”, en rase campagne corse. L’homme assassiné d’une balle dans la nuque le 16 novembre 2009 s’appelait El Hassan Msarhati. Ancien militaire marocain, il était travailleur clandestin. L’enquête n’a jamais abouti.

“Si je parle, ils me mettront une balle dans la tête”

El Hassan Msarhati
Antoine Albertini reprend les éléments, suit les différentes pistes qui ont été évoquées pour redonner un visage à la victime, retracer sa vie et, au-delà, reconstituer le contexte infernal qui a abouti au meurtre. “Si je parle, ils me mettront une balle dans la tête”, avait déclaré El Hassan Msarhati au journaliste qui l’avait interviewé avec d’autres clandestins. Peur, misère, racisme endémique… tel est le quotidien des Invisibles, exclus d’une société qui ne saurait tenir sans eux mais n’a pour eux que mépris et tolère le “racket des zoufres, c’est-à-dire des blédards”. Voire pire. Les Invisibles, une…
article suivant

PJD : un Conseil national de la défaite