Condamnation d'une des figures du Hirak à 10 mois de prison ferme

La Cour d'appel d'Oujda s'est prononcée sur l'affaire de quatre activistes arrêtés dans une affaire d'accident de la route. Parmi eux, Mostafa Dainine, une des figures du mouvement de contestation, a été condamné à 10 mois de prison ferme.

Par

Mustapha Dainine, 27 ans, est considéré comme "une figure centrale" du mouvement de contestation de Jerada.

Après plus de 10 heures de procès lundi et un report fixé pour le lendemain « en vue d’approfondir l’instruction », la Cour d’appel d’Oujda vient de donner son verdict au sujet de quatre activistes arrêtés à Jerada.

Il s’agit d’abord de Mostafa Dainine, 27 ans, une des figures du mouvement local de protestation, condamné à 10 mois de prison ferme. Egalement convoqués à la barre Amine Lamqallech, Aziz Boudchich, et Tarik El Amri ont respectivement été condamnés à 18 mois, 12 mois et 6 mois de prison ferme.

Le quatuor a été jugé « à la suite d’un accident de circulation que Mustapha Dainine avait causé le 8 mars 2018 à une heure du matin » comme l’annonçait un communiqué du parquet général le 10 mars dernier.

Le parquet avait insisté dans ce même communiqué sur le fait que l’arrestation de Dainine n’avait « aucun rapport avec les événements que connait la ville de Jerada« .

Le jeune activiste avait été interpellé pour « conduite sous l’influence d’alcool, manquement aux manœuvres du conducteur pour éviter l’accident, excès de vitesse, vol après incident, modification de l’état de l’incident pour échapper à la responsabilité civile et pénale, dommages sur des plantations sur la route et de retirait d’objets de leur place afin d’entraver le cours de la justice », d’après Telquel Arabi. 

Amine Lamqallech, Aziz Boudchich, et Tarik El Amri  étaient notamment poursuivies pour « outrages à fonctionnaires pendant l’exercice de leurs fonctions », « participation à commettre des actes de violence contre eux », désobéissance, résistance et opposition à un travail ordonné par les autorités; « tentative d’exfiltrer une personne recherchée en l’aidant à fuir la justice », comme le précise encore Telquel Arabi. 

« La défense avait demandé la mise en liberté provisoire des détenus, mais le procureur avait rejeté la requête », nous précise une source associative à Oujda.

Par ailleurs, le procès de sept autres jeunes arrêtés pour leur part dans le cadre des manifestations ayant lieu à Jerada a été reporté au lundi 16 avril.

article suivant

La filiale casablancaise des cinémas Pathé Gaumont se restructure et augmente son capital