Pédophilie, prostitution : le football argentin en plein scandale

L'institution en Amérique du Sud que représente le club de River Plate, basé à Buenos Aires, n'a pas été épargnée par les révélations des médias et de la justice argentine Crédit: AFP

Des adolescents coupés de leur famille, pensionnaires de centres de formation de prestigieux clubs de football d’Argentine étaient prostitués, victimes d’abus sexuels en échange parfois d’une paire de crampons : le scandale embrase le football argentin.

Jusqu’ici, six personnes ont déjà été arrêtées, dont un arbitre et un organisateur de tournois de jeunes, dans le cadre d’une enquête ouverte par la justice argentine. Les victimes au sein du club d’Independiente étaient incitées à avoir des relations sexuelles avec des adultes, en échange d’argent, de promotion au sein du club ou de chaussures à crampons, selon les premiers éléments de l’enquête.

Le scandale a éclaté pendant la deuxième quinzaine de mars, lorsque des dirigeants du club Independiente, dans la banlieue populaire d’Avellaneda et club formateur de l’attaquant de Manchester City Sergio Agüero, ont contacté les autorités et tiré la sonnette d’alarme. Le psychologue du club venait de recueillir le témoignage d’un adolescent de 17 ans, confiant avoir été encouragé, avec un autre joueur de 19 ans, à se prostituer dans le quartier branché de Palermo, à Buenos Aires, où étaient organisées des rencontres sexuelles avec des hommes adultes, selon la presse locale. « La structure de ce réseau de prostitution de mineurs ne fonctionnait pas seulement à Independiente. Il y a d’autres clubs » impliqués, assure la procureure Maria Soledad Garibaldi, en charge de l’enquête pour Independiente.

Lundi, c’est le deuxième club le plus titré d’Argentine, River Plate, qui était éclaboussé par les révélations d’une ONG sur des agressions présumées, commises entre 2004 et 2011. L’Association Avivi, s’appuyant sur les déclarations d’une médecin et d’une psychologue congédiées par River Plate, a déposé plainte auprès de la police de Buenos Aires.

« Des enfants qui sont venus de leurs provinces avec un rêve, des projets, des espoirs, ces enfants, on leur a volé leur enfance et leur corps », a dénoncé María Elena Leuzzi, la fondatrice de l’ONG, spécialisée dans la défense des victimes d’abus sexuels sur mineurs. « Ces abus surviennent dans un contexte de vulnérabilité. Beaucoup d’enfants des équipes de jeunes viennent de provinces éloignées, sont séparés de leur famille et de leurs référents », selon Oscar Mangione, ancien psychologue de Boca Juniors. D’après lui, seulement 2 ou 3 % des jeunes passant par les centres de formation finissent par jouer en première division.

« Nous sommes en pleine marchandisation du football »

Mardi, le stade Monumental de Buenos Aires, siège de River Plate et où joue habituellement la sélection nationale, était la cible de perquisitions. Les deux affaires ont une résonance considérable en Argentine, où un président de club de football peut devenir président de la République. La procureure Maria Soledad Garibaldi devait entendre cette semaine les victimes, afin d’évaluer l’ampleur du réseau. « Des cinq garçons auxquels j’ai parlé (lundi), trois m’ont apporté des informations. Un d’eux m’a dit qu’il ne s’était rien passé, mais qu’ils avaient été contactés. Les enfants savaient qu’il se passait quelque chose », a-t-elle déclaré.

« Malheureusement, cela ne me surprend pas. C’est quelque chose qui est caché et c’est un problème de société, comme la drogue, l’alcool ou le trafic de personnes. Ce n’est pas un sujet propre au sport ou à Independiente », a réagi l’entraîneur de l’équipe professionnelle d’Independiente, Ariel Holan.

De son côté, Rodolfo Talamonti, en charge de la structure d’hébergement des enfants à River Plate jusqu’en 2012, dit n’avoir constaté « aucun problème », et défend son ancien établissement comme « une institution modèle ».

« Un joueur de football joue pour devenir millionnaire. Nous sommes en pleine marchandisation du football. Cela commence avec le corps du joueur, on achète le joueur, on investit en lui pour qu’il produise de l’argent. La commercialisation sexuelle est un élément de plus, manipulée par des pervers qui exploitent la faiblesse des jeunes », estime Miguel Garcia Lombardi.

Mardi soir, l’onde de choc a atteint la gymnastique. Le président du Comité olympique argentin Gerardo Werthein a annoncé avoir déposé une plainte contre un entraîneur soupçonné d’abus sexuels sur des athlètes.

article suivant

Pour l'ONDH, le ciblage du RAMED exclut les plus défavorisés

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.