Abdelouafi Laftit : "Al Adl Wal Ihsane , Annahj Addimocrati et l’AMDH veulent mettre le pays à feu"

Ce lundi, lors d’une réunion de la commission de l’intérieur, des collectivités locales et la politique de la ville, le ministre de l’intérieur a accusé  Al Adl Wal Ihsane , Annahj Addimocrati et l’Association Marocaine des Droits Humains de vouloir incendier le Maroc.

Par

Abdelouafi Laftit Crédit: Tniouni

A l’occasion d’une réunion ce lundi de la commission de l’Intérieur des collectivités locales et de la politique de la ville de la Chambre des représentants consacrée au mouvement de contestation de Jerada, le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit a dénoncé l’implication de l’Association marocaine des droits humains(AMDH), du mouvement Al Adl Wal Ishane (AWI) et du Parti d’Annahj Addimocrati  dans les manifestations qu’a connu la région depuis le 14 mars dernier.

«  Je vous le dis sans le détour, Al Adl Wal Ihsane, Annahj et l’AMDH n’ont pas intérêt à ce que la situation (à Jerada, ndlr) se calme. Ils veulent mettre le pays à feu » a affirmé le ministre de l’Intérieur cité par nos confrères de TelQuel Arabi.  Pour étayer ses propos, Abdelouafi Laftit a estimé que ces trois entités répandent des calomnies et essayent de mettre à mal l’Etat marocain, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.  Pour le ministre, les trois organisations ne prêtent aucune attention aux efforts fournis par l’Etat. Lors de son passage devant les Représentants, Abdelouafi Laftit a également projeté une vidéo montrant des jets de pierre de manifestants contre les forces de l’ordre.

Les accusés réagissent

Contacté par TelQuel Arabi,  le vice-président de l’AMDH, Abdelilah Benabdeslam rejette des accusations qui, selon lui, « ont pour objectif de décrédibiliser le travail associatif et de faire taire les voix défendant les revendications de la population ». Mustapha Brahma, secrétaire général d’Annahj Addimocrati, parle lui de « fuite en avant  ». « Ce sont des excuses pour pallier au manque de solutions aux problèmes que connait la ville et d’autres régions du royaume » affirme le leader de la formation d’extrême-gauche. De son côté, Hassan Bennajeh, membre du secrétariat général d’AWI, estime que les déclarations d’Abdelouafi Laftit  « incitent les populations à manifester » car  elles réduisent « l’importance de leur revendication ».  « Les revendications  des habitants  sont strictement sociales. Elles ne sont pas politiques », insiste le responsable de Jamaâ avant de préciser  que « le mouvement n’a pas adopté les revendications même si certains de ses membres participent aux manifestations ».

Le ministre de l’Intérieur n’est pas le seul responsable  à pointer la responsabilité d’Annahj Addimocrati et d’Al Adl Wal Ihsane au sujet des manifestations de Jerada.  Le 20 mars, le secrétariat général du PJD eavait  fustigé les positions d’Al Adl Wal Ihsane et du parti d’extrême gauche dans un communiqué. Le parti au pouvoir avait notamment  accusé la Jamaâ de compliquer les choses dans la ville minière.

article suivant

Pour l'ONDH, le ciblage du RAMED exclut les plus défavorisés

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.