Sahara : Nasser Bourita dénonce de "dangereuses" incursions du Polisario sur le territoire marocain

A l'issue d'une rencontre extraordinaire au Parlement, le ministre des Affaires étrangères  a dénoncé des agissements du Polisario dans la région de Bir Lahlou et au niveau de la zone-tampon. Nasser Bourita compte adresser un appel à l'ONU pour résoudre la situation.

Par

Laftit Et Nasser Bourita

A quelques jours de la présentation du rapport du secrétaire général de l’ONU sur le Sahara, la tension monte d’un cran entre le Maroc et le Polisario. Lors d’une intervention devant la presse, ce dimanche 1er avril, le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita a dénoncé les actions « dangereuses » menées par le mouvement séparatiste dans les régions de Bir Lahlou et de Tifariti situées au-delà du mur de défense marocain.

Incursions du Polisario

L’intervention du diplomate avait lieu à l’issue d’une réunion extraordinaire au parlement, organisée à l’initiative du gouvernement, et à laquelle il a pris part aux côtés du ministre de l’Intérieur.  Une rencontre lors de laquelle Abdelouafi Laftit a annoncé que le Polisario avait déplacé son « ministère de la Défense » ainsi que son « parlement « dans la localité de Bir Lahlou selon une source ayant pris part à cette réunion. Des éléments du mouvement séparatiste ont également dressé des tentes dans la zone d’Al Mahbas, située à proximité du mur de défense marocain, indique notre interlocuteur.

« Le Maroc fera face à ces provocations dans la zone-tampon et ne permettra pas l’altération du statut historique et légale de cette région qui a toujours fait partie du territoire marocain et qui n’a connu que la présence marocaine jusqu’en 1991 » a déclaré Nasser Bourita en référence à l’année de l’entrée en vigueur du cessez-le-feu entre le Royaume et le Polisario.

Demande d’intervention onusienne

Une référence qui n’est pas anodine puisque, pour le diplomate, le « Maroc a confié cette zone à l’ONU dans le cadre du maintien du cessez-le-feu« .  Pour le ministre des Affaires étrangères, il revient donc à l’organisation dirigée par Antonio Guterres et aux grandes puissances  » de prendre leurs responsabilités ». Le diplomate estime d’ailleurs  que « l’ONU ne s’est pas montré assez forte dans sa gestion des provocations de Guergarat ce  que ce groupe (le Polisario, ndlr) a considéré comme un encouragement« .

Le ministre des Affaires étrangères a également annoncé que le Maroc « entamera des démarches diplomatiques, non pas pour un apaisement ou des mesures ordinaires, mais pour porter à l’attention de tous que les récents développements sont dangereux et constituent une rupture du cessez-le-feu pouvant pousser la région vers l’inconnu »  et a également précisé que le Royaume se réservait le droit de « défendre cette partie de son territoire« . A l’issue de la réunion tenue ce matin dans l’hémicycle, Nasser Bourita et Abdelouafi Laftit se sont rendus à la primature pour une réunion en présence du Chef du gouvernement et des chefs de partis.

article suivant

Pour l'ONDH, le ciblage du RAMED exclut les plus défavorisés

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.