El Othmani veut accélérer la généralisation de la protection sociale

Le Chef du gouvernement a mis en place deux commissions interministérielles chargées de mettre en place les règles entourant la généralisation de la protection sociale ainsi que de sa mise en œuvre.

Par

Yassine Toumi/TELQUEL

Le Chef du gouvernement a mis en place deux commissions interministérielles chargées de mettre en place les règles entourant la généralisation de la protection sociale ainsi que de sa mise en œuvre.

 Coup d’accélérateur pour la généralisation de la protection sociale. Dans une circulaire émise le 30 mars et adressée à 12 ministères, le Chef du gouvernement  annonce la création d’une commission interministérielle de pilotage de la réforme du système de protection sociale.

Cette commission aura pour objectif d’« étendre la couverture de santé de base dans la perspective de sa généralisation (…) avec une meilleure protection au profit des couches les plus vulnérables et défavorisées de la société » stipule le document de la Primature. Une opération qui passe, d’après El Othmani, par « la généralisation du système d’aide médical ‘Ramed’ sur la totalité de la population ciblée » et par « la mise en place d’un mécanisme adapté à son financement ».La circulaire émise par le Chef d’exécutif annonce aussi la création d’une seconde commission, à caractère technique, chargée d’établir les règles d’application de cette réforme.

En plus du Chef du gouvernement, ces Commission inclueront les 12 ministres auxquels la circulaire était adressée. Il s’agit du ministre d’Etat chargé des droits de l’homme, du ministre de l’Intérieur, de la Justice, de l’Economie et des Finances, de l’Agriculture et de la Pêche maritime, de l’Éducation nationale, de l’Industrie, de l’Equipement et du transport, de la Santé, du Tourisme, de l’Emploi et celui des Affaires étrangères. Aucune information n’a été communiquée sur la répartition de ces ministres au sein des deux commissions.

En plus des représentants de l’Exécutif, ces commissions verront également siéger le président de l’Unité de traitement du renseignement financier (UTRF), le directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNSS) ainsi que le directeur de l’Agence nationale d’assurance maladie (ANAM). La publication de cette circulaire intervient trois jours après l’adoption, par le parlement, du projet de loi relatif aux établissements de protection sociale.

 

article suivant

Expo 2020 Dubaï : le Maroc annonce les grandes lignes de sa programmation