Regain de tension à Jerada

Des rassemblements ont été dispersés le 14 mars à Jerada par les autorités. Crédit: DR

La ville minière a connu une semaine mouvementée. D’après des sources locales, des “milliers de manifestants” ont marché du centre-ville de Jerada à Laâyoune Sidi Mellouk (province de Taourirt) le dimanche 11 mars en réaction à l’arrestation de 4 leaders du Hirak local. La contestation s’est poursuivie les lundi et mardi suivants avec des grèves observées par plusieurs commerces de la ville, théâtre de manifestations depuis la mort tragique de deux mineurs le 22 décembre 2017, accentuées par le décès d’un troisième le 1er février dernier. Mardi soir, quelques heures après la parution d’un communiqué du ministère de l’Intérieur prévenant qu’il est “habilité à interdire des manifestations illégales”, des dizaines de mineurs ont entamé un sit-in ouvert dans les puits clandestins (descenderies) situés à la périphérie de Jerada. “Face à leur refus de quitter les lieux, les forces de l’ordre ont dû intervenir”, nous explique une source locale. Le 14 mars, de violents heurts ont été enregistrés tout autour des descenderies. Le ministère de l’Intérieur parle de cas de blessés enregistrés parmi les forces de l’ordre, alors que cinq véhicules de…

article suivant

Enass, un nouveau média pour les “sans-voix” au Maroc