Musique : Samira Saïd, la diva caméléon

Tout au long de sa carrière, l’interprète d’Al Gani Baad Youmine n’a cessé de se renouveler. Pour surprendre son public, elle a travaillé aux côtés de compositeurs et de formations aux styles très variés (Baligh Hamdi, Mohamed El Mouji, Fnaïre, Mami, etc.), devançant souvent les tendances et les modes.

Par

DR

Il suffit qu’elle ouvre la bouche pour qu’on s’y engouffre. Une musicalité intense s’échappe de cette voix généreuse et apaisante. Samira - ainsi l’appellent ses fans puisque devenue membre de leurs familles - touche le graal jeune : “C’est une carrière commencée très tôt. Elle m’a empêchée de vivre normalement mon enfance, mais je ne regrette rien. J’ai connu la notoriété très jeune avec des tubes comme Kifach Tlakina et Maghlouba.” Un succès vite arrivé, une consécration inattendue ? “C’est une sorte de vocation précoce propulsée avec l’aide de personnes qui ont cru en moi et auxquelles je suis redevable de beaucoup de choses.

Le Caire, mère de la vie… et de la chanson arabe

Star à dix ans après son passage à l’émission “Mawahib”, Samira Bensaïd devient Saïd à l’âge de 17 ans en s’installant en…

article suivant

Aradei Capital, première introduction en Bourse de l’ère Covid