Faouzi Bensaïdi - L'enfance d'un cinéaste

Au dernier Festival national du film de Tanger, il a fait une razzia avec 
son nouveau long-métrage, Volubilis, pour lequel il a raflé cinq prix, dont le 
Grand prix et le prix du scénario. Aujourd’hui, il nous présente les sept films 
qui ont bercé sa jeunesse et marqué à jamais son esprit et son univers.

Par

Les salles obscures de Meknès, notamment celles des centres culturels étrangers, ont contribué à façonner le regard du réalisateur de Mille mois. Ici, avec son fils. Crédit: DR

Parler de cinéma est un “réel plaisir ” pour Faouzi Bensaïdi, mais choisir sept films de référence est un “supplice”. Le cinéaste arrive à notre rendez-vous, à Tanger, au café de l’hôtel Rembrandt, tourmenté et confus. “L’exercice est intéressant, mais j’ai du mal à trancher”, confesse-t-il. Il a pensé à parler d’un unique film sept fois ou à faire deux sélections entre les films qui ont marqué le cinéma et ceux qui ont changé son rapport au cinéma. Et, finalement, son choix s’est porté sur les films qui le racontent le mieux (ou presque). Le réalisateur de What a Wonderful World est intarissable sur le Septième art. Il tâtonne entre les films noirs de Jean-Pierre Melville, les perles de Youssef Chahine et la folie humaniste de…

article suivant

Enass, un nouveau média pour les “sans-voix” au Maroc