Projections, débats, hommages... ambiance de l'ouverture du FICAM 2018

Ateliers de formation, conférences, projections en avant-première, hommages… C'est ce que propose le Festival international du cinéma d'animation de Meknès (FICAM) dans cette 17e édition qui rend hommage aux femmes.

Par

N3issou, Hchimou, Krichou... l'orchestre de Aicha. Crédit : Yassine Toumi

Et de dix-sept pour le Festival international du cinéma d’animation de Meknès (FICAM). Une édition de « maturité » selon Alain Millot, directeur de l’Institut français de Meknès. « Nous nous réjouissons de la notoriété dont bénéficie le festival, sa qualité de programmation, les invités que nous recevons ainsi que la qualité des ateliers des informations que nous offrons aux élèves et étudiants« , nous confie Widad Chraibi, directrice du festival.

Widad Chraibi, directrice du FICAM qui se réjouit de la réussite de cette 17e édition. Ateliers de formation, conférences, projections en avant-première, hommages… C'est ce que propose le Festival international du cinéma d'animation de Meknès (FICAM) dans cette 17e édition qui rend hommage aux femmes. Ateliers de formation, conférences, projections en avant-première, hommages… C'est ce que propose le Festival international du cinéma d'animation de Meknès (FICAM) dans cette 17e édition qui rend hommage aux femmes.Ateliers de formation, conférences, projections en avant-première, hommages… C'est ce que propose le Festival international du cinéma d'animation de Meknès (FICAM) dans cette 17e édition qui rend hommage aux femmes. Crédit : Yassine Toumi

Widad Chraibi, directrice du FICAM, qui se réjouit de la réussite de cette 17e édition. Crédit : Yassine Toumi

Cette année, le FICAM met en avant les femmes dans le cinéma d’animation. Une pléiade de créatrices sont conviées à partager avec le public leur expérience, à l’instar de Brenda Chapman, icône des studios Disney et Pixar, et réalisatrice de Rebelle (Oscar du meilleur film d’animation en 2013), Céline Sciamma, réalisatrice et scénariste française (Tomboy, Bande de filles, Ma vie de courgette), ou encore la productrice québécoise Florence Savard.

Brenda Chapman, L’Américaine Brenda Chapman, première femme à avoir reçu en 2013 l’Oscar du meilleur film d’animation Crédit : Yassine Toumi

De gauche à droite, l’Américaine Brenda Chapman, première femme à avoir reçu en 2013 l’Oscar du meilleur film d’animation, la réalisatrice et scénariste française Céline Sciamma et la productrice française Judith Nora. Crédit : Yassine Toumi

Les femmes à l’honneur

« C’était le moment opportun pour rendre hommage à toutes les femmes qui œuvrent dans le cinéma d’animation et qui, souvent, ne sont pas reconnues dans tous les niveaux, que ce soit au niveau des étudiantes dans les écoles d’art, ou au niveau des réalisatrices, productrices et scénaristes, entre autres« , explique pour sa part, Mohamed Bayoud, directeur artistique du FICAM.

Mohamed Bayoud, directeur artistique du festival, fier de la participation des sommités du cinéma d'animation dans la 17e édition du FICAM. Crédit : Yassine Toumi

Mohamed Bayoud, directeur artistique du festival, fier de la participation des sommités du cinéma d’animation dans la 17e édition du FICAM. Crédit : Yassine Toumi

Quelques heures avant la conférence inaugurale de Brenda Chapman, c’est la productrice française Judith Nora qui a donné, vendredi 16 mars, le premier « work in progress » de cette édition. « Les femmes dans les écoles de cinéma sont présentes, on voit que pour les courts-métrages, elles sont aussi nombreuses que les hommes. D’ailleurs, tous les césars de courts-métrages d’animation ont été attribués à des femmes sauf un » nous indique celle qui adaptera au petit écran la série de BD Culottées de la dessinatrice française Pénélope Bagieu.

Avec Judith Nora, a Crédit : Yassine Toumi

Avec son associée Priscilla Bertin, Judith Nora a fondé Silex Film en 2009. Une société de production à qui l’on doit, entre autres, la série « Connasse » un des succès télé en France. Crédit : Yassine Toumi

 

Pourtant les femmes ne sont pas consacrées dans les césars de longs-métrages. « Jusqu’à maintenant, il y a une pensée collective qui estime qu’il était impossible de confier à une femme un budget de telle ampleur » justifie Judith Nora, estimant que l’affaire Weinstein s’est accompagnée d’une prise de conscience rapide. « L’histoire racontera qu’il y a eu une conscientisation de ces problématiques plus forte« .

Des hommages et des livres

Lors de la cérémonie d’ouverture, le festival a récompensé les trois invités d’honneurs de cette année,  en l’occurrence l’américaine Brenda Chapman, le réalisateur japonais Sunao Katabuchi (Dans un recoin de ce monde) et l’Américo-brésilien Carlos Saldhana (L’Age de glace).

Le maire de Meknès, Abdellah Bouanou, remet le prix au réalisateur japonais, Sunao Katabuchi. Crédit : Yassine Toumi

Le maire de Meknès, Abdellah Bouanou, remet le prix au réalisateur japonais, Sunao Katabuchi.
Crédit : Yassine Toumi

En recevant son prix, l'Américo-brésilien Carlos Saldhana (L'Age de glace) se réjouit, avec humour : "c'est bon, j'ai eu l'Oscar!" Crédit: Yassine Toumi

En recevant son prix, l’Américo-brésilien Carlos Saldhana (L’Age de glace) se réjouit, avec humour : « c’est bon, j’ai eu l’Oscar ! » Crédit : Yassine Toumi

Sous la forme d’une vidéo inspirée des Carnets de voyage, le FICAM a également rendu hommage au directeur de l’Institut français de Meknès, qui quitte ses fonctions cette année. La cérémonie d’ouverture s’est soldée par la projection en avant-première de Parvana, une enfance en Afghanistan, un long métrage bouleversant nommé aux Oscars 2018, sur une petite fille afghane forcée de se travestir en garçon pour aider sa famille dans le Kaboul de 2001, alors que les premiers signes de la guerre à venir commencent à apparaître.

_90A8629

Alain Millot, directeur de l’Institut français de Meknès, ému après la projection d’une vidéo inspirée des Carnets de Voyage tant appréciés par ce dernier pour lui rendre hommage. Crédit : Yassine Toumi.

Les livres sont aussi à l’honneur grâce à la librairie « Livremoi » qui propose une exposition de livres adaptés au grand écran ou, l’inverse, des films dont le scénario inspire des œuvres littéraires. Des films ou des livres dont il existe des dessins animés sont également exposés.

Les pépites de demain

Abderrahman Ellandili, gagnant du Grand Prix Aicha du court-métrage. Crédit : Yassine Toumi

Abderrahman Ellandili, gagnant du Grand Prix Aicha du court-métrage. Crédit : Yassine Toumi

Du 19 février au 22 mars, six auteurs ont bénéficié d’une résidence francophone d’écriture pour le film d’animation à Meknès, accompagnés par la scénariste et productrice française, Delphine Maury. Ainsi, André Daniel Tapsoba (réalisateur burkinabais), Léa Azar (illustratrice et animatrice libanaise), Caroline Cherrier (réalisatrice française), Cypria Donato (réalisatrice belge), Bouchra Mokhtari (auteure et illustratrice algérienne), Nadia Raiss (réalisatrice tunisienne) ont pu se consacrer à l’écriture et au développement de leur projet de film d’animation. Pour Delphine Maury, cette résidence d’écriture « a donné confiance à ses jeunes talents en leurs capacités à concevoir une histoire. Et rien que ça est fondamental dans leur pouvoir de création »

Les six résidents présentent leurs projets. Crédit : Yassine Toumi

Les six résidents présentent leurs projets. Crédit : Yassine Toumi

Au programme, des projections inédites, des expositions et des ateliers de formation. Jusqu’au 21 mars, les festivaliers pourront découvrir des sommités du cinéma d’animation comme Katrin Rothe (1917-la vérité sur Octobre), la réalisatrice Monique Renault, Pablo Zaramella, Zaven Najjar ou encore le producteur Sébastien Onomo. Six longs-métrages sont en compétition pour le grand prix du FICAM, dont le premier film d’animation camerounais Minga et la cuillère cassée de Claye Eydou.

Le jeune résident burkinabé, André Daniel Tapsoba, développe son projet de film d'animation. Crédit : Yassine Toumi

Le jeune résident burkinabé, André Daniel Tapsoba, développe son projet de film d’animation. Crédit : Yassine Toumi

 

Lors de la conférence inaugurale de Brenda Chapman. Crédit : Yassine Toumi

Lors de la conférence inaugurale de Brenda Chapman. Crédit : Yassine Toumi

article suivant

L'optimisme du Maroc et du Nigéria suffira-t-il à réaliser leur gazoduc ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.