Les dessous de la transformation de Saham

Les négociations pour le rachat de Saham Finances par Sanlam ont débuté en 2017. A travers cette opération, le groupe marocain souhaitait se désengager d'un secteur où il a atteint "ses limites" pour se recentrer sur un fonds d'investissement devant opérer dans les "nouveaux métiers".

Par

Moulay Mhammed Elalamy devrait être amené à présider aux destinées du fonds d'investissement de Saham.

Deux ans après l’acquisition d’une participation de 30 % dans Saham Finances, le Sud-Africain Sanlam est devenu, ce jeudi 8 mars, l’actionnaire unique du groupe qui porte les 35 filiales d’assurances de la holding Saham Group fondée par Moulay Hafid Elalamy. Un deal à 1,05 milliard de dollars (près de 9,62 milliards de dirhams).

Saham et Saham

Les négociations entre Marocains et Sud-Africains ont été entamées à la lumière d’un constat. « Nous sommes arrivés à nos limites en ce qui concerne Saham Finances. Pour investir plus d’argent nous aurions été contraints de nous diluer en dessous de la majorité, ce qui est contraire à l’esprit de notre entreprise. Nous n’opérons pas de cette manière« , explique une source proche du dossier.

Si Saham Finances change de main, le groupe devrait toutefois conserver ses employés ainsi que son nom. En effet une licence permettant à Sanlam d’utiliser le nom de l’entreprise marocaine a été prévue à cet effet. « Nous ne l’aurions jamais fait (la licence, NDLR)  si le repreneur n’était pas un repreneur de qualité. Nous adoptons la même approche qui est très centrée sur le client. Cela fait près de 100 ans qu’ils sont assureurs, ils ont une dimension multinationale et une véritable orientation« ,  précise notre interlocuteur.

Nadia Fettah, actuelle directrice générale de Saham Finances, garde ses fonctions, et entre aussi au comité exécutif de Sanlam Emerging Markets.

A travers ce deal conclu avec Sanlam, l’entreprise marocaine ambitionne désormais de « redéployer [ses] capitaux dans de nouveaux métiers, dans une logique similaire à celle adoptée dans le domaine de l’assurance« , affirme notre interlocuteur.

Devenir un « étendard »

Grâce aux fonds dégagés dans le cadre de cette transaction, le groupe Saham compte désormais se consacrer à un fonds d’investissement panafricain dont la création a été annoncée dans la foulée de la conclusion du deal avec Sanlam. Cette structure, qui devrait conserver le nom de Saham, est notamment appelée à opérer dans de nouveaux métiers aux côtés d’acteurs privés qu’elle accompagnera dans les investissements. Moulay Mhamed Elalamy, actuel directeur général de Saham Assurance Maroc jusqu’à la clôture de l’opération, devrait être amené à présider aux destinées du fonds.

Ce nouveau fonds devrait opérer à travers des prises de participations majoritaires dans des sociétés dans l’optique d’apporter une valeur ajoutée, précise notre interlocuteur. « Aujourd’hui, nous nous considérons comme un acteur marocain avec une présence panafricaine. Pour que ce fonds ait du sens, il faut qu’on investisse dans des secteurs où les Marocains ne sont pas encore présents. Le but est d’être un véritable étendard« , nous confie-t-il.

article suivant

Interdit de colloque, les explications de Nourredine Ayouch

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.