CAN 2019-Mondial 2026 : le Maroc et le Cameroun jouent collectif

Fouzi Lekjaa et Dieudonné Happi, président du comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), ce mardi à Marrakech (capture d'écran Youtube/CAFTV)

Le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a déclaré qu’il aiderait finalement le Cameroun dans l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019, après avoir un temps ambitionné de le remplacer. Une décision non dénuée d’intérêt, puisqu’elle assure au Maroc le soutien du pays de Samuel Eto’o dans la course au Mondial 2026.

« Le Royaume est à côté de nos amis camerounais. La FRMF est à la disposition de la fédération camerounaise pour faire de la CAN 2019 au Cameroun une fête du football africain. Fini toutes les rumeurs », a affirmé Fouzi Lekjaa, mardi au Palais des Congrès de Marrakech, en marge du symposium de la Confédération africaine de football (CAF) sur le football féminin.

« C’est une belle leçon de la solidarité qui doit être le fondement de notre vivre-ensemble. Il s’agit d’une déclaration historique, parce que nous venons de passer d’un système de 16 à 24 équipes, qui a suscité énormément de rumeurs. Je crois que cette déclaration restera dans l’histoire du football », s’est enthousiasmé Dieudonné Happi, président du comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), à l’occasion d’un point de presse conjoint.

« Aujourd’hui, avec les standards et le cahier de charges qui est en place aujourd’hui, aucun site au Cameroun n’est disposé à accueillir la CAN« , avait pourtant taclé, en août dernier, Ahmad Ahmad.

Le nouveau patron de la CAF avait invoqué un cahier des charges modifié, et émis de sérieux doutes quant à la capacité de la patrie de son prédécesseur Issa Hayatou, resté 29 ans à la tête du football continental, à le respecter.

Attribuée en 2014, cette première compétition à 24 participants nécessite la construction d’infrastructures conséquentes. Le Cameroun, qui n’a pas organisé le tournoi depuis 1972, aurait pris du retard, poussant le Maroc à se déclarer volontaire en cas de remplacement.

À moins de deux ans de l’évènement, les tribunes du stade Paul Bya de Yaoundé sortent tout juste de terre. L’enceinte sera livrée en décembre, promet le directeur général des travaux, qui invite les officiels de la CAF à venir inspecter le chantier dès qu’ils le souhaitent.

article suivant

Patricia Buisson, spécialiste de la "politique de prix", en renfort chez Total Maroc

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.