Afrique du sud : ultime rebondissement dans l'affaire de la cargaison saisie de l'OCP

La Cour de Port Elizabeth a décidé de mettre en vente la cargaison de 50.000 tonnes de phosphate de l'OCP destinée à un client néo-zélandais, et saisie au mois de mai dernier. La moitié des profits de cette vente seront reversés au Polisario.

Par

Crédit: Yevgeniy B/ Marinetraffic.com

Yevgeniy B/ Marinetraffic.com

L’affaire du Cherry Blossom touche à sa fin. Ce navire, appartenant à un armateur grec et transportant 50.000 tonnes de phosphate pour un client néo-zélandais de l’OCP, s’était retrouvé au cœur d’un imbroglio judiciaire au printemps 2017. Dans son jugement rendu ce vendredi 23 février, la Cour de Port Elisabeth a décidé de mettre en vente la cargaison  Pour rappel, l’OCP avait abandonné la cargaison et le navire, considérant qu’il s’agissait d’une « marchandise volée« . Contactée par Telquel.ma, une source proche du dossier indique que «  ce jugement ne constitue pas une nouveauté et qu’il était attendu ».

Citant des experts pour l’OCP, le quotidien affirme que la cargaison est estimée à  3,2 millions de dollars contre 5 millions initialement. Pour rappel, le plaignant est le Front Polisario qui avait entamé une action en justice au mois de mai. Notre source proche du dossier précise toutefois « que cela fait neuf mois que le Polisario cherche à trouver un acquéreur pour la cargaison, sans succés« .

Ce jugement a été émis alors que le géant du phosphate s’était retiré de l’affaire après avoir contesté la compétence du tribunal de Port Elisabeth pointant notamment des « approximations » relatives au statut du Sahara et du Polisario tout en dénonçant une « violation du droit international et sud-africain« . L’Office avait également  reproché à la cour « son mépris des efforts de la communauté internationale pour résoudre le conflit du Sahara« .

Cette décision de la justice sud-africaine est en contradiction avec celle de son homologue panaméenne qui avait été saisie au mois de mai dans le cadre d’une affaire similaire en tout point. La justice du pays d’Amérique latine avait jugé « infondée » une plainte du Polisario visant à bloquer le passage d’un cargo transportant du phosphate provenant de Boucraâ. Le tribunal panaméen a aussi déclaré ne pas être compétent pour statuer sur une affaire dont l’ONU est saisie.

article suivant

Maroc-Portugal : le président Marcelo Rebelo de Sousa assistera au match

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.