Naceureddine Elafrit : "on ne peut accepter que Facebook et Google forgent les opinions marocaines et africaines"

Défiés par les géants du web, les médias marocains et africains - qu'ils soient digitaux ou print - sont appelés à s'organiser, à renforcer leur marque pour rester des éditeurs premium qui forgent les opinions de leurs pays.

Par

DR

Défiés par les géants du web, les médias marocains et africains – qu’ils soient digitaux ou print – sont appelés à s’organiser, à renforcer leur marque pour rester des éditeurs premium qui forgent les opinions de leurs pays.

« Qu’est-ce qu’un média premium ?« , commence par se demander Naceureddine Elafrit, directeur de publication de Medias24, invité à l’African digital summit 2018 dans le cadre d’un panel consacré aux « challenges et opportunités pour les éditeurs africains« .

Pour notre confrère, un éditeur premium est un média qui donne une information fiable, rigoureuse et décrit fidèlement les faits. Peu importe qu’il soit print ou web.

« Un média premium est une marque. Il ne peut pas aller dans la course au clic, ou les pratiques que nous font subir les Gafa (Google, Amazone, Facebook, Apple, NDLR) », résume-t-il. Naceureddine Elafrit rappelle que les publicités sur ces plateformes mondiales sont « cent fois moins chères » que les prix pratiqués par la presse digitale au Maroc.

« Nous savons que nous avons perdu la course à la visibilité« , assène-t-il. Mais pour lui, ce n’est pas sur ce créneau qu’il faut se battre. Il estime ainsi que la priorité pour un bon média est de préserver sa brand value. « Un journal bien fait est une marque, quand on est présent dans un tel journal, il y a une association de marque« , explique-t-il, rappelant la force de frappe d’un média crédible pour la marque qui y annonce.

Naceureddine Elafrit appelle aussi à faire attention à ce que nos opinions publiques ne soient pas conditionnées par de puissantes entreprises étrangères. « Aucune société ne peut vivre sans ses médias. Il est impossible d’accepter que Google et Facebook forgent les opinions marocaines tunisiennes ou africaines », conclut-il.

Pour cela, il est urgent de faire valoir les moyens de légitimation, sans être dans une posture victimaire. Le directeur de Medias24 appelle les confrères en Afrique à s’organiser pour peser dans le marché publicitaire face aux Gafa.

article suivant

Mohammed VI en visite officielle au Soudan en octobre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.