Jerada, la renaissance par les briques?

Yassine Taha, un jeune chercheur marocain, développe une solution originale 
et porteuse d’emplois pour Jerada : produire des briques avec la roche 
des immenses terrils qui forment le visage de la ville minière.

Par

La ville de Jerada a connu un mouvement de protestation de décembre 2017 à avril 2018. Crédit: Fadel Senna/AFP

Yassine Taha, un jeune chercheur marocain, développe une solution originale 
et porteuse d’emplois pour Jerada : produire des briques avec la roche 
des immenses terrils qui forment le visage de la ville minière.

“Chaque jour, je repartais avec une dizaine de numéros de portables griffonnés sur des bouts de papier. Si une nouvelle usine devait se construire là, les gens voulaient être les premiers à être recrutés”, raconte Yassine Taha. En novembre 2017, le jeune chercheur en science des matériaux s’est rendu à Jerada avec une dizaine de personnes et des machines pour prélever des échantillons au cœur du grand terril de la ville minière, afin de connaître sa composition exacte. Cette information est essentielle à son projet : fabriquer des briques en céramique avec la terre des immenses terrils. L’électrochoc provoqué par le Hirak de Jerada a renforcé, depuis, l’intérêt des autorités pour ce projet de revalorisation. Le jeune chercheur a donc pu le présenter le 20 février lors d’une rencontre réunissant le ministère de l’Energie et des mines, des investisseurs et l’interprofession des matériaux de construction devant le gouverneur de…

article suivant

Enass, un nouveau média pour les “sans-voix”  au Maroc