Hommage: Mohamed Hamid Alaoui, le chant du cygne

Rajaa Belamlih, Fatima Makdadi, Latifa Raafat, Soumaya Kaysar, Jannat Mahid, ou encore Fatima Akid doivent leurs premiers pas dans la chanson 
à cet infatigable découvreur de talents. Il s’est éteint, cœur battant, à 65 ans.

Par

Marié à la chanteuse Latifa Raafat pendant plus de dix ans, il a notamment produit ses tubes “Khouyi”et “Maghiyara“. Crédit: DR

Il est parti un 14 février. C’est donc de là-haut qu’il a fêté l’amour, laissant derrière lui une palanquée d’orphelins. Celles et ceux qu’il a accompagnés dans leur parcours ressentent aujourd’hui un vide profond. Hamid Alaoui n’était pas seulement le producteur et l’impresario, mais aussi le frère, le compagnon, le conseiller. Il était le jovial invétéré, l’agité placide, l’ami inconsolable. Il était le protecteur, le rigoureux, le conciliant.

“Je le vois encore chanter Aznavour dont il était fan ou danser sur des sons rock avec fougue”

Younès Mégri
Younès Mégri parle de lui, larmoyant : “J’ai perdu un membre de ma famille. J’ai connu Hamid à l’âge de huit ans lorsque ma famille est arrivée d’Oujda à Rabat. Il était le premier ami de mon frère Hassan. Ils ne se sont plus quittés. Moi, le benjamin, je considérais Hamid comme un aîné au même titre que…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer