Hausse de 5% des actifs immobiliers en 2017

Les prix des actifs immobiliers, à l'exception de Rabat, se sont ressaisis en 2017 (+5%) sur fond de baisse des transactions immobilières (-7,6%) ayant touché toutes les villes à l'exception de Casablanca.

Par

Photo d'illustration

Sous l’effet du renchérissement de l’ensemble des catégories d’actifs immobiliers, l’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a enregistré une hausse de 5% en 2017, soit la deuxième hausse consécutive après celle de 2016 (+1.3%), selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la  conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

Par catégorie, les biens à usage professionnel ont marqué la plus forte hausse (+7%). Vient ensuite la catégorie des terrains (+5,3%). Les biens résidentiels complètent le podium (+ 5%).

Rabat sort du lot

Au niveau national, les prix des biens immobiliers ont connu des hausses, à l’exception de Rabat, où les prix sont restés quasiment stables en moyenne.

C’est ainsi qu’à Casablanca par exemple les prix ont bondi de 5,7% après une baisse de 3,7% en 2016. Les cours sont tirés principalement par les appartements et les biens à usage professionnel (+6,9% et +9% respectivement).

Les prix des terrains ont, par contre, baissé  de 4,4%. Marrakech a connu la même tendance, avec une évolution de 5,1%,  due principalement à un taux de croissance de 6% pour les appartements, de 4% pour les terrains et de 1,6% pour les locaux à usage professionnel.

Les prix des actifs immobiliers n’ont pas vraiment bougé à Rabat avec des hausses de 0,2% des prix des appartements et de 0,4% de ceux des biens à usage professionnel. Les prix des terrains ont accusé, quant à eux, un repli de 1,6%.

immo1

Casablanca… l’exception

Par ailleurs, les transactions immobilières ont accusé une baisse de 7,6% après une augmentation de 8,4% en 2016. Cette évolution traduit selon la Banque Centrale « le repli des ventes de l’ensemble des catégories d’actifs« .

Quasiment toutes les grandes villes ont été touchées par ce mouvement baissier à l’exception de Casablanca. Cette diminution a concerné toutes les catégories d’actifs, avec notamment un repli de 8,7% des ventes de biens résidentiels.

Dans le même sens, les transactions portant sur les terrains et les biens à usage professionnel ont connu des diminutions respectives de 4,8% et de 3,5%, après des hausses de 9,4% et 7,8% en 2016.

Par villes, le nombre de transactions a enregistré à Casablanca une hausse de 4,5%. Les acquisitions de terrains ont reculé de 25% environ alors que les ventes d’appartements ont augmenté de 8,4% et  celles des biens à usage professionnel ont progressé de 6%.

Malgré la stagnation des prix à Rabat, les transactions ont connu une baisse importante de 19% environ, après une hausse de 27,7% en 2016. La tendance est la même à Tanger (- 21%), et à Marrakech (-13%).

immo2

article suivant

Essaouira mise sur une relance créative et volontariste