Le Maroc suit de près l'affaire d'un mineur assassiné dans une fusillade aux Pays-Bas

Le ministre chargé des Marocains résidents à l'étranger affirme qu’il "suit de près", les développements de l’assassinat aux Pays-Bas du jeune marocain, Mohamed Bouchikhi.

Par

Crédits : compte Twitter du Telegraph

Vendredi 26 janvier, une fusillade a éclaté dans le centre-ville d’Amsterdam, faisant un mort et deux blessés. Mohamed Bouchikhi, la victime, 17 ans, était d’origine marocaine. Peu après l’incident, le ministre délégué chargé des Marocains résidents à l’étranger (MRE), Abdelkrim Benatiq, a affirmé dans un communiqué du consulat marocain aux Pays-Bas qu’il suivait « de près » l’affaire, en coordination avec les représentations diplomatiques du Royaume à La Haye et Amsterdam.

Il a d’ailleurs contacté le père du défunt par téléphone pour présenter les condoléances du gouvernement marocain à sa famille. Il a également affirmé à cette dernière la disposition des autorités marocaines à lui apporter tout le soutien nécessaire pour suivre ce dossier sur le plan judiciaire, à travers la désignation d’un avocat. Enfin, il a informé la famille de la disposition de son département à prendre en charge le rapatriement de la dépouille du défunt pour son enterrement au Maroc.

Un règlement de compte ?

L’incident s’est produit peu avant 19 heures face à un parc de jeux où des enfants peuvent également suivre des cours de cuisine et de kickboxing. Deux hommes cagoulés ouvrent le feu et tuent Mohamed Bouchikhi, blessant deux autres personnes, un homme et une femme. Selon les médias locaux, l’homme a pris la fuite. Rapidement, les victimes ont été transportées à l’hôpital.

La police, qui a rapidement écarté la piste terroriste, privilégie la thèse d’un règlement de comptes. Selon le communiqué du consulat général du Maroc à Amsterdam, le défunt était connu pour ses actions de bénévolat au profit des jeunes, notamment les réfugiés, au sein de la Fondation musulmane de la paix aux Pays-Bas. Il était apprécié dans le quartier et n’avait jamais eu de problème avec la police.

article suivant

Des Marocains au Vietnam, un destin insolite