La Commission européenne préconise une reconduction de l'accord de pêche avec le Maroc

Selon la Commission européenne, l’accord de pêche permet à l’Union européenne de réaliser un retour sur investissement tout en contribuant au développement du secteur halieutique au Maroc.

Par

La Commission européenne. Crédit: AFP

Dans un récent rapport « d’évaluation rétrospective et prospective du protocole à l’accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc« , la direction des affaires maritimes et de la pêche relevant de la Commission européenne préconise un renouvellement de l’accord de pêche entre le Maroc et l’UE estimant qu’il représente « un instrument de coopération approfondie avec le Maroc, fortement impliqué dans la coopération Sud-Sud« . Des parties de ce rapport, dont la publication est prévue pour le mois de janvier et qui a été soumis au parlement européen , ont été citées par l’agence de presse MAP.

Retour sur investissement

Selon la direction des affaires maritimes européennes, l’accord de pêche entre Rabat et Bruxelles a permis de créer 180 emplois directs et d’améliorer les conditions de travail de près de 59.000 travailleurs.

Le rapport précise que  75% des impacts socio-économiques bénéficient aux régions de Dakhla-Oued-Eddahab et de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra. Par ailleurs, 66% de l’enveloppe consacrée à l’appui sectoriel, soit environ 37 millions d’eurosse sont concentrés sur ces mêmes régions.

Le rapport européen fait également état d’une progression de la valeur ajoutée des produits de la pêche.  Selon Bruxelles, chaque euro investi dans le secteur halieutique au Maroc permet un retour sur investissement de 2,78 euros. Dans un rapport similaire réalisé en 2010, les 28 estimaient qu’un euro investi par l’UE avait généré 0,65 euro de valeur ajoutée totale.

Développement du secteur

Par ailleurs, selon l’étude, l’accord de pêche aurait atteint son objectif de soutien au développement durable du secteur, contribuant à la mise en œuvre de projets de la stratégie « Halieutis » et en permettant à 200 marins marocains d’embarquer à bord des navires de pêche européens.

Selon la direction des affaires maritimes européenne, l’accord s’est révélé « efficace dans l’atteinte de son objectif de durabilité de l’exploitation« . Un objectif atteint grâce à la coopération scientifique entre le Maroc et l’Union européenne qui tiennent des réunions annuelles lors desquelles les parties ont pu partager leurs données et aboutir à des diagnostics communs.

Pour rappel, l’actuel accord de pêche est entré en vigueur en 2014. Il donne accès à la zone de pêche atlantique du Maroc aux navires européens, en contrepartie d’une enveloppe annuelle de 30 millions d’euros de l’UE et d’une contribution de 10 millions d’euros de la part des navires marchands ou de pêche.

article suivant

Chronique d’un confinement. Jour 23