A qui appartient le mur qui s'est effondré au Belvédère?

Depuis l'effondrement meurtrier d'un mur au quartier Belvédère, les interrogations sur l'identité des propriétaires de l'entrepôt où est survenu le drame fusent. Telquel.ma apporte des réponses.

Par

Crédit: AIC Presse
Crédit: AIC Presse

La presse nationale rapporte ce vendredi 15 décembre le placement en garde à vue du patron de l’entreprise Cicalim à qui appartiendrait le mur qui s’est effondré dans le quartier Belvédère le 13 décembre dernier.

Lire aussi: L’effondrement du mur d’un dépôt à Casablanca fait au moins deux morts et trois blessés

Cicalim est une entreprise opérant dans le secteur de l’alimentation animale, plus précisément la volaille. Son président n’est autre que Youssef Alaoui, qui est également président de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA).

Alors Youssef Alaoui est-il vraiment en garde à vue? Contacté par Telquel.ma, ce dernier était surpris et consterné par ce qui a été relayé. « Je ne suis pas en garde à vue et je ne suis même pas concerné par l’affaire« , nous déclare-t-il. « Le mur qui s’est effondré n’appartient pas à mon entreprise« , ajoute-t-il en précisant qu’un communiqué est en cours de finalisation pour apporter ces précisions à l’opinion publique.

En réalité, c’est une autre société du secteur qui est impliquée dans ce dossier. Selon plusieurs sources, il s’agirait de la société Inaam dont le président est Rachid Dlimi. Il aurait en effet été entendu dans le cadre des investigations ouvertes après le drame. Pour ce qui est de sa mise en garde à vue, rien n’est sur pour le moment. A l’heure où nous mettons en ligne, nous n’avons pas pu joindre Rachid Dlimi, ni aucun haut cadre de l’entreprise.

article suivant

El Jadida : fuite d'une quantité limitée de gaz d'ammoniac au complexe industriel de Jorf Lasfar