Le Conseil supérieur de l’enseignement décrypte la production intellectuelle marocaine

Le Conseil supérieur de l’enseignement a présenté ce mercredi 6 décembre une étude consacrée à la production intellectuelle au Maroc. Il en ressort que la majorité des recherches scientifiques au Maroc est réalisée par des hommes.

Par

Crédit : Fattoumi/MAP

C’est dans la matinée du 6 décembre que le coup d’envoi d’un colloque international consacré à l’évaluation de la recherche scientifique a été donné à Rabat. À l’occasion de cet évènement organisé par le Conseil supérieur de l’éducation, de  la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS), le président de l’instance, Omar Azziman a prononcé un discours durant lequel il a longuement évoqué l’importance de la recherche scientifique.

Le conseiller royal a notamment affirmé qu’elle peut « contribuer au développement de notre pays« , alors que le roi Mohammed VI a récemment appelé à une redéfinition du modèle de développement.

Un modèle de développement tributaire de la mutation de l’économie nationale vers « une économie du savoir, une économie verte, une économie citoyenne et une économie inclusive« , selon Azziman qui estime que la recherche scientifique doit être arrimée à ces dimensions.

La production intellectuelle marocaine décryptée

L’ouverture de ce colloque  a également été l’occasion pour le CSEFRS de présenter une étude concernant l’évaluation de la recherche scientifique dans les sciences humaines et sociales (SHS) au Maroc.

Cette étude menée à partir de la base de données de la Fondation du roi Abdul Aziz révèle notamment que la grande majorité de la production intellectuelle marocaine réalisée après l’indépendance a été effectuée entre 2000 et 2017( 67,37 %).

cse2

cse1Il ressort également de cette étude que la recherche scientifique dans les sciences humaines se fait essentiellement en langue arabe, soit 72,4 % de la production intellectuelle marocaine actuelle. Ce chiffre reflète un changement notable par rapport à la fin des années 1970 où plus de la moitié des recherches étaient menées en langue française.

L’étude du CSEFRS révèle également que l’essentiel (88,7 %)  de la production intellectuelle marocaine dans les SHS est réalisé par des hommes.

Le rapport montre également que la production intellectuelle marocaine est principalement consacrée à quatre grands champs d’études à savoir la société, le droit, l’histoire et l’islam qui représentent à elles seules plus de 50 % de la production intellectuelle marocaine.

cse3

article suivant

Mohammed VI en visite officielle au Soudan en octobre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.