Supinfo : « Les débouchés des métiers de l’informatique sont certains »

(Cet article est une communication d’entreprise. Il n’a pas été rédigé par les journalistes de Telquel.ma)

Digitalisation, innovation, dématérialisation…Ces projets font, désormais, partie du quotidien d’un grand nombre d’entreprises marocaines. Une aubaine pour les écoles qui proposent des filières IT. C’est, notamment, le cas de Supinfo.
« Les diplômés de Supinfo sont très appréciés. Ils occupent des postes techniques, créatifs, d’encadrement ou de management dans des entreprises de secteurs industriels ou de services très variés : multimédia, bâtiment, commerce, aéronautique, automobile, luxe, médical, mode, éducation, énergie, fonction publique, tourisme et même humanitaire », c’est en ces termes que Zniber Amine, directeur régional à Supinfo Maroc s’exprime sur l’avenir professionnel des étudiants de son école. Il n’hésite par d’ailleurs d’ajouter que : « Mieux encore : de très nombreux étudiants SUPINFO sont embauchés en CDI en lieu et place de leur stage de fin d’études. Ces excellents résultats, nous les devons à notre pédagogie et à notre programme réadapté chaque année en fonction des innovations technologiques ». Les débouchés des métiers de l’informatique sont certains. Un état de fait qui s’explique en grande partie par un monde où la majorité des citoyens est désormais connectée à Internet. Aujourd’hui, force est de constater que l’informatique et le numérique irriguent toute la société et même s’ils continuent de se définir en tant que sciences et techniques, ils représentent désormais un socle d’applications et un levier d’innovation qui leur donnent une importance largement supérieure à leur sphère d’origine. Ce qui représente un formidable gisement d’emplois dans le monde entier, dans tous les secteurs d’activités et à tout niveau.

Les métiers IT ne déçoivent pas
Selon le Ministère de l’Industrie français et le cabinet McKinsey, 700.000 emplois ont été créés par la filière Internet depuis 15 ans, soit 25 % des créations nettes d’emplois en France. Les entreprises qui les recrutent sont bien entendu celles qui ont pour cœur de métier l’informatique et le numérique, ce sont les acteurs d’Internet (Google, Twitter, Facebook, Vente-Privée.com, Meetic…), les constructeurs d’ordinateurs (IBM, Apple, HP, Dell…), les éditeurs de logiciels (Microsoft, Oracle, SAP…) et les SSII ou ESN (Entreprise de services du numérique dont le rôle est de mettre en œuvre et maintenir le système d’information de sociétés de tout secteur) telles que CapGemini, Accenture, Sopra, Avanade, Altran, Atos ou EDS. Mais aujourd’hui, tous les secteurs d’activités sont concernés, dans le public comme dans le privé. Très concrètement, les lauréats de Supinfo occupent au Maroc des postes d’ingénieur réseau, architecte système d’information, analyste programmeur, consultant, entrepreneur, chef de projet, Développeur de jeux vidéo, multimédia, Java…Des emplois qui sont décrochés dans des entreprises du calibre d’Atos, Microsoft, SQLI, DELL, Capgemini, Booking.com, Société Générale, BMCE, Euromed, DATAPROTECT, CGI, Devoteam, INTEL, IBM, ORACLE etc…

Une formation taillée sur mesure
Mais pour réussir sa formation dans les métiers de l’informatique, il faudrait d’abord se plier à une certains nombre de règles. Pour Supinfo, la première année est accessible directement à la fin des études secondaires et à l’obtention du diplôme de fin de secondaire (Baccalauréat). Dans cette première année du cursus Supinfo, les étudiants sont confrontés à un grand nombre de changements, c’est tout d’abord le cas de l’environnement de travail, de la grande diversité des matières étudiées mais aussi de la spécificité des méthodologies d’apprentissage. Supinfo International University est une école orientée avant tout vers l’emploi et le monde de l’entreprise. Dans cette optique, les étudiants sont amenés dès la première année à entrer dans cet univers professionnalisant et à intégrer son mode de fonctionnement, en tirant parti de toutes les ressources complémentaires à leur disposition pour accompagner efficacement leur montée en compétences, et acquérir au plus tôt l’autonomie et l’efficience nécessaire à une bonne intégration en entreprise. En observant le détail du programme des études, vous constaterez que peu de matières semblent venir de l’enseignement secondaire. En effet, pour répondre à la nécessité de transmettre des connaissances et des compétences immédiatement opérationnelles en entreprises, les différents modules étudiés se composent de 80 % de matières informatiques. Aucun prérequis technique n’est nécessaire pour appréhender les différentes notions qui sont reprises à leur base, garantissant la construction d’une base de compétences solide qui sera sans cesse consolidée par de nouveaux savoirs tout au long du parcours de l’étudiant. En effet, contrairement à beaucoup de Grandes Écoles à tendance généraliste, Supinfo a compris les spécificités de ce secteur du numérique et a choisi de ne pas imposer à ses étudiants la pression des matières théoriques fondamentales comme la physique et les mathématiques dans le cycle ingénieur, n’ayant pas d’application numérique directe.

article suivant

L'optimisme du Maroc et du Nigéria suffira-t-il à réaliser leur gazoduc ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.