Le ministère du Tourisme dément la signature de contrats avec Hassan Belkhayat

Le ministère du Tourisme dément la signature de contrats avec Hassan Belkhayat

Le cabinet de la secrétaire d'État au Tourisme Lamia Boutaleb nie avoir confié une mission au cabinet Southbridge A&I appartenant à Hassan Belkhayat, son collègue au bureau politique du RNI.

Par

Lamia Boutaleb en compagnie du ministre du tourisme Mohamed Sajid. © MAP

Lamia Boutaleb, secrétaire d’État au Tourisme, est accusée par plusieurs médias de conflit d’intérêts. Elle est soupçonnée d’avoir confiée une étude sur le secteur du tourisme à son collègue au bureau politique du RNI, Hassan Belkhayat, à travers le cabinet Southbridge A&I que ce dernier aurait créé il y a quelques mois à peine.

Contacté par Telquel.ma, le chef du cabinet de la secrétaire d’État nie toutes ces informations et nous assure « qu’aucun contrat n’a été signé avec Hassan Belkhayat« , se refusant à tout autre commentaire.

Notre interlocuteur s’est contenté de nous envoyer un communiqué du secrétariat d’État au Tourisme. « En réponse à certaines parutions sur la presse, le Département du Tourisme tient à préciser que des consultations étaient en cours avec plusieurs consultants, en vue d’élaborer un plan de relance du secteur, notamment à travers son volet aérien, en coordination avec les professionnels, et qu’aucun contrat n’a été signé avec aucun cabinet dans ce sens« , lit-on.

Une autre source proche du dossier nous assure pour sa part que le ministère du Tourisme cherche à se faire accompagner sur un volet bien précis de la stratégie touristique, à savoir l’articulation entre le secteur aérien et celui touristique. « Il ne s’agit pas de refaire une nouvelle stratégie pour le tourisme« , confie notre source.

Quoi qu’il en soit, le ministère est un département public et doit respecter les procédures de marchés publics. « Quand le département public fait face à une urgence – en l’occurrence un plan qui doit être déployé avant la fin de l’année – il peut demander une dérogation au chef du gouvernement pour lancer une consultation restreinte au lieu d’un appel d’offres, c’est ce qui est entrepris dans ce cas« , ajoute notre interlocuteur.

Selon les informations qui nous ont été communiquées par des sources proches de Lamia Boutaleb, la demande de dérogation a été envoyée au chef du gouvernement. Et c’est dans ce cadre-là que le cabinet de Hassan Belkhayat a été consulté, avec trois autres cabinets.

article suivant

La Formule 1 au Maroc ? Trop tôt pour sabrer le champagne...

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.