La justice sud-africaine confirme la saisie du phosphate de l'OCP

La justice sud-africaine a décidé le 15 juin de renvoyer le dossier relatif à la saisie du navire transportant une cargaison de l'OCP à un "procès sur le fond".

Par

Crédit: Yevgeniy B/ Marinetraffic.com

Yevgeniy B/ Marinetraffic.com

Le procès du NM Cherry Blossom se complique pour l’OCP. Dans une décision rendue ce 15 juin, la justice sud-africaine a décidé de renvoyer le dossier relatif à ce cargo transportant près de 50.000 tonnes de phosphates provenant de l’exploitation de Phosboucraâ à « un jugement sur le fond« , indique un communiqué de l’OCP diffusé ce 15 juin.

Selon le représentant du Polisario en Australie et en Nouvelle-Zélande, la justice sud-africaine a affirmé que la souveraineté marocaine sur les provinces du Sud « est incompatible avec le statut du Sahara occidental en tant que territoire non autonome« . Selon la même source, « les juges ont confirmé le maintien à quai de la cargaison« .

Pour rappel, le NM Cherry Blossom a été saisi le 1er mai par la justice sud-africaine, suite à une plainte déposée par le Polisario. Cette action en justice du mouvement séparatiste se basait notamment sur le « statut du Sahara occidental » en tant que « territoire non autonome » et la « décision de la Cour de justice de l’Union européenne« .

L’OCP indique toutefois dans son communiqué que la cour sud-africaine saisie du dossier a admis « la complexité » et le « caractère international » de la question. Pour le géant du phosphate, qui se dit « consterné » par ce jugement, cette décision de la justice sud-africaine « ne traite ni du fond ni de la substance« , et « interfère dans le cours du processus international conduit sous l’égide des Nations unies« .

Dans ce communiqué, le groupe rappelle également que dans une décision rendue par la cour panaméenne le 5 juin dernier celle-ci avait qualifié d’ »infondée » l’action intentée par le Front Polisario pour saisir la cargaison de phosphate de l’OCP en provenance de Phosboucraâ à bord du navire « Ultra Innovation« .

Le groupe tient également à rappeler dans son communiqué qu’il est le « premier employeur privé » dans les provinces du Sud où il réinvestit « la totalité des bénéfices » réalisés dans l’exploitation de PhosBoucraâ. Aucune date n’est annoncée pour le début du procès.

article suivant

Mohammed VI en visite officielle au Soudan en octobre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.