Gouvernement: la quadruple alliance RNI-UC-USFP-MP maintenue

Les quatre formations ont décidé de ne plus se présenter en bloc afin de faciliter les tractations avec Saad Eddine El Othmani.

Par

De gauche à droite: Lachguar, El Othmani et Akhannouch. Crédit: Telquel

Les quatre formations ont décidé de ne plus se présenter en bloc afin de faciliter les tractations avec Saad Eddine El Othmani.

 « La majorité est là et elle doit être confortable […] l’alliance des quatre partis existe, mais la manière de négocier avec le Chef du gouvernement a changé », nous indique sous couvert d’anonymat un membre du bureau politique de l’USFP.

La solidarité entre les quatre formations avait été mise en doute lorsque le MP, représenté par son secrétaire général Mohand Laenser, et l’USFP, à travers son premier secrétaire Driss Lachgar, avaient participé séparément aux discussions tenues dans le cadre du premier round de discussions relatives à la formation de la majorité gouvernementale. De leur côté, l’UC et le RNI avaient fait front commun. Le doute s’était accentué lorsque le leader de l’USFP avait déclaré juste après sa rencontre avec le nouveau chef du gouvernement: « Nous n’accepterons pas que quelqu’un mène les tractations à notre place« .

Lire aussi : Le RNI, le MP, l’UC et l’USFP signent un communiqué conjoint et réclament l’élargissement de la majorité

Changement de stratégie

Les quatre partis qui avaient annoncé le 8 janvier dernier leur volonté de rejoindre ensemble le gouvernement ont donc visiblement changé de stratégie pour cette nouvelle phase de négociations. « Au lieu de nous présenter comme un seul bloc, nous sommes allés rencontrer le chef du gouvernement séparément afin qu’il soit rassuré », nous confie notre source au sein de l’USFP. Celle-ci nous affirme qu’il existe toujours « une coordination » entre les quatre formations qui désormais, « ne cherchent plus à s’imposer« .

Même son de cloche du côté d’une source proche d’Aziz  Akhannouch qui nous assure que la position du RNI sur cette alliance reste inchangée. Notre interlocuteur nous confie que les quatre partis ont adopté « une approche différente« , car « le nouveau Chef du gouvernement est plus à l’écoute« .

Saad Eddine El Othmani avait entamé une première phase des pourparlers le 21 mars en rencontrant les responsables de sept partis politiques. Le secrétariat général du PJD a qualifié cette étape de « positive » et a décidé de soutenir le chef du gouvernement désigné dans la prochaine phase des tractations.