Aziz Akhannouch insiste sur la présence de l'USFP au sein du gouvernement

Pour le président du RNI, l'USFP peut contribuer au gouvernement de par son"passé" et "son rôle international au service de la cause nationale".

Par

Aziz Akhannouch présentant la nouvelle organisation du parti dans un meeting à Agadir. Crédit: DR

Lors d’une intervention devant les instances du RNI, ce 4 mars à l’université Al Akhawayn à Ifrane, Aziz Akhannouch a évoqué la formation de la majorité gouvernementale selon le site d’information Medias24.com. Le président du RNI s’est exprimé en faveur de la mise en place d’une majorité forte. « Nous voulons un gouvernement fort et une majorité confortable de 240 sièges. Nous ne sommes pas prêts, en tant que parti, à entrer dans une coalition qui ne tient pas sur ses deux jambes »  a déclaré le président du RNI selon le site d’information kifache.info .

« Rôle international » de l’USFP

Une majorité dans laquelle l’actuel ministre de l’Agriculture souhaite voir figurer l’USFP. « Nous n’irons pas au gouvernement sans l’USFP » a averti le président du RNI qui estime que le parti de la rose peut contribuer de par son »passé » et « son rôle international au service de la cause nationale« .

Le patron du parti de la colombe s’est également dit étonné du véto opposé par le PJD à l’intégration du parti de la rose dans la majorité. « Je ne comprends pas pourquoi ils ne veulent plus l’USFP alors qu’ils (le PJD) les avaient contactés au départ (des tractations)… Notre parti est solidaire de l’USFP », a déclaré Akhannouch tout en réfutant le fait que son parti soit à l’origine du blocage. « Nous ne faisons aucun blocage. Le marché est clair, tout comme notre attitude« , a déclaré Aziz Akhannouch devant les membres de son parti

Lire aussi:  Benkirane propose des ministres USFP… sans l’étiquette du parti

On rappellera que selon des sources proches des négociations relatives à la formation du prochain gouvernement, Abdelilah Benkirane a proposé à Aziz Akhannouch d’intégrer deux membres de l’USFP à son gouvernement. Selon l’édition du 24 février du quotidien Al Ahdath Al Maghribiya, les deux noms choisis par le parti de la rose feraient partie du gouvernement sous l’étiquette du RNI.

Une réponse au PJD?

Le président du RNI a également évoqué un autre parti, l’UC, avec lequel le RNI a formé un groupe parlementaire en novembre 2016. Selon Aziz Akhannouch, le parti dirigé par Mohamed Sajid « fera partie de la majorité« .

Lire aussi: Parlement: Akhannouch et Sajid créent «le Rassemblement constitutionnel»

Cette intervention du président du RNI fait suite à un communiqué publié, le 2 mars,  par le PJD suite à une réunion de son secrétariat général. Dans sa communication le parti de la lampe rappelle son souhait de voir la prochaine majorité gouvernementale formée par les partis composant la majorité sortante à savoir le PJD, le RNI, le MP et le PPS. Le communiqué du PJD rappelle également que le Chef du gouvernement est la seule personne habilitée à former le gouvernement et la majorité gouvernementale.

Ziane  dans le viseur

Aziz Akhannouch a également profité de cette réunion pour régler ses comptes avec ses adversaires politiques, visant tout particulièrement Mohamed Ziane, qu’il menace à demi-mot d’éventuelles poursuites judiciaires. « Ils mentent lorsqu’ils nous accusent d’avoir été à l’origine de décisions politiques alors que ce n’est pas vrai. Ces mensonges ne doivent plus passer. Certains vont devoir en répondre devant la justice », a averti Aziz Akhannouch.

Lire aussi: Mohamed Ziane charge Aziz Akhannouch sur l’assurance des hydrocarbures