Le Maroc veut accueillir le prochain forum de l'Initiative internationale de lutte contre la torture

Lors de la 34e session du Conseil des droits de l'Homme, le Maroc a fait part de son souhait d'accueillir la prochaine édition du Forum de l'Initiative internationale pour la lutte contre la torture (CTI).

Par

Le ministre de la justice, Mustapha Ramid
Le ministre de la justice, Mustapha Ramid. Crédit : DR

Mustapha Ramid, le ministre de la Justice, participe depuis le 27 février à la 34e session du Conseil des droits de l’Homme qui se tient à Genève. En marge de cet évènement, il a eu des entretiens  avec son homologue danois, Soren Pape Poulsen, centrés sur les moyens de promouvoir les liens de coopération bilatérale et l’échange de visites. Les deux ministres ont ensuite pris part à une réunion de suivi consacrée à l’Initiative internationale pour la lutte contre la torture (CTI). Il s’agit d’une initiative intergouvernementale lancée à Genève en mars 2014 par un groupe transrégional composé du Maroc, du Danemark, du Chili, de l’Indonésie et du Ghana qui vise à encourager la ratification universelle de la convention contre la torture à l’horizon 2024.

Au cours de cette réunion, à laquelle a également pris part Alice Edwards, secrétaire générale de la CTI, les initiatives mises en oeuvre en vue de promouvoir la prise de conscience quant à l’importance du combat contre ce phénomène ont été évoquées. Il était notamment question d’une coopération internationale et régionale accrue et du renforcement des capacités dans ce domaine. L’accent a également été mis sur « l’intérêt de la dimension régionale de cette initiative pour encourager la coopération et apporter des solutions qui prennent en considération les défis régionaux » rapporte la MAP.

À la suite de cette réunion, la délégation marocaine a exprimé la disposition du royaume à accueillir la prochaine édition du Forum de la CTI et à organiser des réunions régionales et des séminaires de formation pour la promotion des objectifs de l’initiative. Le royaume avait déposé en novembre 2014 les instruments de ratification du protocole facultatif de la Convention internationale contre la torture.

article suivant

Reprise des cours en présentiel : le débat qui agite la rentrée scolaire