Leaders de l'Istiqlal: «Chabat est incapable de poursuivre sa responsabilité à la tête du parti»

Leaders de l'Istiqlal: «Chabat est incapable de poursuivre sa responsabilité à la tête du parti»

Pour une quarantaine de leaders de l'Istiqlal, Hamid Chabat “a démontré qu’il n’est ni qualifié ni capable de poursuivre sa responsabilité à la tête du parti de l’Istiqlal”.

Par

Hamid Chabat © Yassine Toumi / TELQUEL

La gronde contre Hamid Chabat n’a jamais été aussi forte. A l’heure où ce dernier prépare sa contre-offensive en réunissant un Conseil national extraordinaire du parti pour en découdre avec ses adversaires, ces derniers anticipent en publiant une pétition incendiaire.

Dans ce document diffusé par la MAP, trente huit anciens et actuels membres du secrétariat exécutif et d’autres responsables du parti de la balance, dont deux anciens secrétaires généraux du parti (M’hamed Boucetta et Abbas El Fassi) prennent leur distances de Chabat. Pour les frondeurs, le chef de file actuel du parti « a démontré qu’il n’est ni qualifié ni capable de poursuivre sa responsabilité à la tête du secrétariat général du parti de l’Istiqlal ». 

Les dernières déclarations « irresponsables » de Chabat au sujet de la Mauritanie « ont un caractère personnel dont il assume seul la responsabilité, n’engagent nullement le parti et n’ont aucune relation avec ses orientations et ses principes », soulignent ces responsables.

Et d’ajouter : « le Maroc et la Mauritanie ont toujours été liés par des relations solides de fraternité, de cordialité, d’amitié et de respect ancrées dans l’histoire des peuples marocain et mauritanien ». Ils soulignent, aussi, que ces déclarations « sont hors contexte et en contradiction avec la volonté de relever les défis légitimes des deux peuples. »

Ces déclarations, selon les signataires de la pétition, « interviennent dans un contexte où toutes les volontés nationales et les partis politiques déploient des efforts pour la formation du gouvernement issu des élections du 7 octobre ». Ils précisent que « les adversaires de l’intégrité territoriale du Maroc » et « les ennemis des peuples frères mauritanien et marocain ont exploit[é ces déclarations] pour tenter de faire passer leurs plans diaboliques et saper les nobles objectifs et les orientations éclairées de la sage direction dans les deux pays »,  selon les signataires du communiqué.

« [L]es déclarations [de Hamid Chabat] qui ont provoqué une crise qui aurait anéanti les efforts déployés par le Maroc et la Mauritanie à travers leur histoire pour que règne l’esprit de fraternité sincère et pour bâtir l’avenir des deux pays, nous oblige aujourd’hui, en tant qu’istiqlaliens, à faire une auto-critique, de façon publique et franche, pour remettre les choses à leur place et permettre au parti de retrouver le droit chemin en s’inspirant de son héritage historique et militant, par l’ouverture du dossier des agissements de M. Chabat depuis sa prise de fonctions à la tête du secrétariat général du parti à ce jour, et qui ont été marqués malheureusement par la versatilité dans les positions politiques, l’affaiblissement des structures organisationnelles et la mauvaise gestion des élections ayant été sanctionnée par de mauvais résultats qui ont fait perdre au parti sa position, ses villes et ses circonscriptions », poursuit le communiqué.

« Nous avons veillé, durant les quatre dernières années, à maintenir et à préserver l’unité du parti, en espérant que le secrétaire général revienne sur ses agissements et assume ses responsabilités pour faire une autocritique et imprimer une dynamique nouvelle au parti, mais rien de cela n’est arrivé », déplorent les signataires du communiqué.

Outre M’hamed Boucetta et Abbas El Fassi, le document a été signé par M’hamed El Khalifa, Abdelkrim Ghellab, Mohamed Saâd Alami, Taoufik Hjira, Yasmina Baddou, Karim Ghellab, Abdelkebir Zahoud, Abdellatif Maazouz, Rachid Filali, Abdeslam Mesbahi, Mustpaha Heikar, Omar Hjira et Latefa Bennani Smiress.

La réaction du camp Chabat ne s’est pas faite attendre. Adil Benhamza, porte-parole du parti et membre de son comité exécutif a déclaré à la chaîne Aljazeera que la pétition signée par les trente-huit cadres du parti ne reflète « que la position de trente huit personnes alors que le nombre des membres du comité national du parti dépasse 1 000 membres ». Selon Benhamza, cette pétition est « une campagne contre le parti ». « Il est déplorable que des personnalités respectueuses au sein du parti y participent », a-t-il enchaîné. 

« Le parti de l’Istiqlal est un parti d’institutions. Le seul apte à démettre Chabat de ses fonctions est celui qui l’y a élu ». Et d’affirmer : « Chabat exerce pleinement ses responsabilités, qui concernent toutes les personnes quel que soit sa condition au sein du parti ».

 

article suivant

L'écrivain et réalisateur franco-afghan Atiq Rahimi fait son cinéma

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.