La BID accorde près d'un milliard de dirhams au Maroc pour le financement de trois gares LGV

La BID a accordé 980 millions de dirhams au Maroc pour assurer le financement des gares de Casablanca, de Kénitra et de Tanger, spécifiques au TGV.

Par

La Banque islamique de développement (BID) a accordé au Maroc 101 millions de dollars, soit environ 980 millions de dirhams, pour le financement des gares de Casablanca Voyageurs, de Kénitra et de Tanger, spécifiques au train à grande vitesse (TGV). Cette participation a été conclue après la signature de conventions relatives à ce partenariat, ce 15 décembre, à Rabat, indique la MAP.

Cette somme, qui représente environ 88,5 % du montant global du projet -estimé à 114 millions de dollars-, permettra de « financer le réaménagement du domaine urbain autour de ces gares », selon Mohamed Rabie Khlie, directeur général de l’Office national des chemins de fer (ONCF). Ce dernier a, par ailleurs, rappelé que ces gares de nouvelle génération, dont la durée de réalisation est fixée à trois ans, seront des réels « centres de vie et disposeront de magasins de commerce. »

De son côté, Mohamed Taleb, directeur régional de la BID, a indiqué que la signature de ces conventions « boucle le programme du TGV dans les gares restantes, qui seront opérationnelles d’ici l’été 2018 ». Et d’ajouter que cette cérémonie fut l’occasion « d’évoquer tous les projets en cours entrepris avec le Maroc dans huit pays africains.»

À l’issue des travaux de réaménagement, la gare de Casablanca Voyageurs aura à sa disposition un nouveau bâtiment d’une surface d’environ 10 000 m². Celle de Tanger sera également élargie, et s’étendra sur une surface de 10 600 m². Enfin, la gare de Kénitra sera dotée d’un nouveau bâtiment, sur une surface globale de 13 000 m2.

article suivant

Aradei Capital, première introduction en Bourse de l’ère Covid