Union africaine: Le Maroc a obtenu entre «35 et 40 retours positifs» selon Mezouar

Selon Salaheddine Mezouar, le chef de la diplomatie marocaine,  le Maroc n’a pas évoqué l’exclusion de la « RASD » dans sa demande pour réintégrer l'Union africaine.

Par

Salaheddine Mezouar Crédit: Yassine Toumi / TELQUEL

Salaheddine Mezouar, le ministre sortant des Affaires étrangères, a accordé un entretien à la radio française RFI dans lequel il s’exprime sur la question sensible d’une éventuelle demande par le Maroc d’exclure la « RASD » de l’UA. Cette question « n’a pas été avancée dans la demande du Maroc. Le royaume a fait une démarche pour retourner au sein l’institution africaine » a déclaré Mezouar au média français le 27 novembre, à la clôture du 16e sommet de la francophonie à Madagascar.

Le ministre a ajouté que la question relative à notre intégrité territoriale « est gérée dans le cadre  des Nations unies et dans la démarche [du Maroc, ndlr] auprès de tous les pays. Une démarche de conviction avec l’idée d’arriver à une solution politique mutuellement acceptée, à travers une offre que le Maroc a présentée, la seule offre crédible et qui a du sens pour dépasser cette difficulté, celle d’une autonomie élargie. »

« Entre 35 et  40 retours positifs »

Mezouar est également revenu, lors de cet entretien, sur les soutiens du Maroc pour son retour au sein de l’organisation panafricaine. Interrogé sur un possible rôle du sommet de la francophonie dans la facilitation du retour du royaume au sein de l’Union africaine (UA), le chef de la diplomatie marocaine a répondu : « Ce sommet n’avait pas pour objet de faciliter ou de ne pas faciliter (…) Le retour du Maroc n’est qu’une simple formalité, à majorité simple. On est largement au-delà de la majorité simple. »

Mezouar précise également que l’écrasante majorité des pays africains « voit d’un bon œil le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle », précisant que suite à la procédure enclenchée par le Maroc, « il y a eu les réponses des pays et on est entre 35 et  40 retours positifs. » Le ministre a aussi indiqué, confiant, qu’il n’y a aucune raison pour que ce retour [du Maroc au sein de l’UA] « ne soit pas acté lors du sommet d’Addis Abeba » en  janvier 2017.

article suivant

OCP : résultat d'exploitation en très forte hausse au premier semestre