Plan d'accélération industriel: Trois nouveaux écosystèmes dans le textile

Le lancement de trois nouveaux écosystèmes dans le textile vise la création de 16 763 emplois à l’horizon 2020 et la réalisation d’un chiffre d’affaires additionnel de 8,4 millions de dirhams.

Par

Image d'illustration. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Trois accords portant sur le lancement de trois nouveaux écosystèmes textiles ont été signés le 6 octobre à Casablanca par Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Industrie et du Commerce, et Karim Tazi, président de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (Amith). Ces nouveaux écosystèmes textiles créés dans le cadre du Plan d’accélération industrielle concernent  les filières « maille », « textile de maison » et « textile à usage technique », rapporte la MAP. Le montant des investissements n’a cependant pas été communiqué.

Les contrats de performance relatifs à ces écosystèmes visent la création de 16 763 emplois à l’horizon 2020, ainsi que la réalisation d’un chiffre d’affaires additionnel de 8,4 millions de dirhams, dont 2,75 millions de dirhams à l’export.

Lire aussi : Export : Le textile marocain a perdu sa bataille américaine

« Les trois nouveaux écosystèmes du textile complètent la vision globale et intégrée développée pour ce secteur et assurent une croissance plus intense, une compétitivité améliorée et un positionnement plus affirmé tant à l’export qu’au niveau du marché local », a expliqué le ministre de l’Industrie.

De son côté, le président de l’Amith a indiqué que le déploiement de l’écosystème « maille » vise à favoriser l’émergence d’une filière intégrée reposant sur un partenariat stratégique entre locomotives et PME afin de développer une gamme de produits de qualité et plus diversifiée.

S’agissant de la filière « textile de maison », cet écosystème permettra aux opérateurs de reconquérir des parts de marché local ainsi que d’opérer « une diversification ciblée des segments les plus compétitifs à l’export », a-t-il précisé.

1,13 milliard de dirhams investis depuis les premiers écosystèmes

Pour ce qui est du « textile à usage technique », il ambitionne de « développer l’expertise technique nationale » et d’attirer de nouveaux opérateurs spécialisés, a-t-il ajouté.

Plusieurs contrats d’investissement ont été signés en juillet dernier, comme par exemple celui signé avec Decathlon pour le développement d’une plateforme d’achat et d’un réseau de vente avec un investissement de 163 millions de dirhams, la création de 10 910 emplois et plus de 2 milliards dirhams de sourcing local. L’enseigne compte ouvrir 26 nouveaux magasins au Maroc et étendre son entrepôt situé à la zone franche de Tanger. Les huit autres contrats signés en juillet totalisent 425 millions de dirhams d’investissement, ils concernent les entreprises Bluefinger, Med sourcing, Tint Color, Bernitex Clean, John Haralambous, Island Blue, Settavex, Wash & Co, et VFI.

Depuis le lancement en février 2015 des premiers écosystèmes textiles, 36 projets d’investissement d’un montant de 1,13 milliard de dirhams générant 20 673 emplois, ont été lancés, rappelle la MAP.

article suivant

À Riyad, Akhannouch en émissaire du rapprochement Maroc-Arabie saoudite