Législatives 2016: À Casablanca, les électeurs commencent à affluer vers les bureaux de vote

Telquel.ma fait le tour de quelques bureaux de vote à Casablanca pour tâter le pouls des législatives 2016.

Par et

Pour le politologue Mohamed Zineddine, “c’est un message politique aux Marocains, pour les inciter à se présenter aux bureaux de vote durant les prochaines échéances électorales” Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

Il est 8 heures, La matinée commence à Casablanca sous un temps brumeux en ce jour d’élections. Dans une école à Ain Diab relevant de la circonscription Casablanca-Anfa, ce sont plus d’une centaine de personnes qui ont accompli leur devoir civique, une heure seulement après l’ouverture des quatre bureaux de vote de l’établissement scolaire. « Au niveau de mon bureau, ce sont 40 personnes qui ont voté, un taux record car je me souviens qu’en 2011, il y a eu seulement 20 votants dans le même bureau à la même heure » nous assure une personne chargée de suivre le scrutin.

Après avoir voté, un cadre d’une multinationale, la trentaine, nous explique avec un peu de défaitisme : « Si je viens voter, c’est pour accomplir une prérogative de citoyenneté, mais personnellement je ne crois pas vraiment que mon vote va changer la situation ». Un avis que ne partage cet homme d’affaires quadragénaire. Il assure que « c’est avec le vote qu’on peut influer sur le changement de la société. Et j’ai d’ailleurs voté pour un parti qui va redynamiser le climat des affaires ».

Du côté des électeurs connus, on a aperçu dès les premières heures de la matinée la tête de liste du parti de l’Istiqlal à Casablanca, Karim Ghellab, la présidente de l’Association de lutte contre le sida (ALCS) Hakima Himmich, l’ancien ministre de l’énergie Fouad Douiri ou encore le traiteur Karim Rahal.

Direction, l’école de la circonscription de Sidi Belyout, qui compte 11 bureaux de vote. « Ce matin, il y a eu 250 votants. Un chiffre beaucoup plus important par rapport aux élections précédentes » commente un observateur. Nabila Mounib, secrétaire générale du PSU, a débarqué l’air confiant à ce bureau de vote vers 11 heures, sous un accueil chaleureux.

La tendance d’affluence est différente au niveau d’une école de Gauthier. « Vous voyez bien qu’il n’y a personne ! » commente une jeune électrice assidue. Plus réaliste, donc, mais pas moins optimiste : « C’est peut être juste parce que c’est encore tôt ».

Affluence record ou pas, il est encore tôt pour se prononcer. Ce qui est sûr c’est que les 16 millions d’électeurs inscrits ont jusqu’à 19 heures pour voter pour élire leurs 395 députés, dans 92 circonscriptions.

 

article suivant

Assemblée générale de l’ONU : avec El Othmani en porte-drapeau, le Maroc entame un ballet diplomatique virtuel