Législatives 2016: Les propositions de la Fédération de la gauche démocratique

Législatives 2016: Les propositions de la Fédération de la gauche démocratique

L'alliance menée par Nabila Mounib veut réformer la Constitution, mettre fin aux retraites des parlementaires et à l'économie de la rente.

Par

Nabila Mounib. Crédit : Tniouni

C’est dans une salle archicomble d’un hôtel casablancais que la Fédération de la gauche démocratique (FGD) a présenté, le 22 septembre, son programme électoral en vue des élections législatives du 7 octobre. C’est un programme qui met l’accent sur la reddition des comptes des politiques, la modernité, et la justice sociale, qui a été présenté par Nabila Mounib, secrétaire général du PSU, en compagnie du secrétaire général du Conseil national ittihadi, Abdessalam Laâziz et un représentant du parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS).

La réforme constitutionnelle, une priorité

Fidèle à l’esprit du mouvement du 20-Février, la FGD propose une « réforme constitutionnelle garantissant une vraie séparation des pouvoirs ». La formation, qui n’a cessé de réclamer l’instauration d’une monarchie parlementaire, appelle à une Constitution où le gouvernement gère tous les établissements publics et exerce le pouvoir de nomination sur les fonctions civile, administrative et sécuritaire.

Pas de retraite pour les parlementaires

La FGD réclame également plus de prérogatives pour les parlementaires qui doivent, selon l’alliance, bénéficier de « la liberté complète pour exprimer leurs opinions et former des commissions d’enquête parlementaires ». La fédération souhaite, toutefois, abolir les retraites et les avantages attribués aux élus parlementaires.

Pour une « diplomatie populaire »

En ce qui concerne le volet diplomatique, la FGD veut renforcer ce qu’elle appelle « la diplomatie populaire ». Ainsi, les camarades de Nabila Mounib souhaitent renforcer les relations entre le Maroc et les pays du Grand Maghreb, mais aussi celles érigées avec les pays africains.

Un islam éclairé

La réforme religieuse figure parmi les priorités du FGD, qui envisage de contribuer à « la naissance […] de la raison dans la religion musulmane et mettre en avant un islam éclairé ». La Fédération souhaite également promouvoir la culture du respect de la différence et de la croyance dans la société et les institutions et encourager la recherche scientifique dans ce sens.

 Un CNDH plus indépendant

Dans le volet des droits et des libertés, la FGD souhaite accorder une indépendance totale au Conseil national des droits de l’homme (CNDH). La fédération veut également « lever le secret sur l’affaire Ben Barka ». L’alliance menée par Nabila Mounib désire, dans un souci de préservation de la mémoire, procéder à « la réécriture de l’histoire du Maroc » sans donner plus de détails.

Fin de la rente économique

La FGD appelle à l’interdiction des avantages qui font l’économie de la rente, et à mettre fin aux licences des transports, les mines, la pèche, et des exploiteurs des carrières de sable. La fédération réclame aussi la révision de la politique de la gestion déléguée des services publics, et réclame une séparation claire entre les pouvoirs économique et politique. 

article suivant

Amine Radi : une affaire de violences policières qui divise

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.