Quelles pistes pour un nouveau modèle économique pour le Maroc ?

Alors que les partis politiques annoncent leurs programmes économiques sous forme de mesures, aucun d'entre eux n'a présenté un nouveau modèle économique. Quelques politiques se sont livrés à cet exercice.

Par

La stratégie de croissance adoptée par le Maroc s’essouffle. En juillet 2016, le wali de Bank El Maghreb Mohamed Jouahri a clairement indiqué devant le roi Mohammed VI que le mèdle basé sur la demande intérieure comme moteur de croissance « a montré ses limites ». Selon lui, il est temps d’initier « une véritable refonte de ce modèle (et de mener) une série de ruptures au niveau de la conception et de la mise en œuvre des politiques publiques ».

Si les partis politiques n’ont pas axé leurs programmes sur la définition d’un nouveau modèle économique, le Centre des jeunes dirigeants (CJD) a convié le 17 septembre des représentants des principales formations politiques à réfléchir à la question.

L’ensemble des intervenants ont mis l’accent sur la dégradation du système éducatif. Il serait à l’origine des principales défaillances du pays notamment en termes de qualification de la main d’œuvre et du chômage. Hicham Amadi, représentant du Rassemblement national des indépendants (RNI) va encore plus loin. Pour lui, la problématique de l’éducation et de l’enseignement favorisent « la fracture sociale entre les différentes couches de la population et le peu d’intérêt porté à la jeunesse ». Et d’ajouter : « le nouveau modèle économique devrait mettre au centre de son déploiement l’école, afin de distiller la richesse et l’énergie tout en préservant l’ambition de chacun ».

Autres pistes de réflexion. Celle du parti de l’Istiqlal, à travers Najib Mikou qui préconise que le modèle « devrait reposer sur le tissu des petites et moyennes entreprises, les soutenir en les aidant à défricher de nouvelles niches ». Et d’ajouter : « Ces nouveaux secteurs apporteront une nouvelle dynamique à travers de véritables stratégies sectorielles ». Dans le même ordre d’idées, Mohamed Bouatou du Mouvement populaire considère qu’il faut  « mettre l’entreprise marocaine au cœur des politiques publiques en fixant des mesures pour diminuer la pression fiscale ». Il parle de « cohérence » et souligne « de ne pas omettre d’inscrire l’impact de la micro-économie sur les plans macro-économiques ».

D’autres propositions ont été avancées. Pour Omar Balafrej, représentant de la Fédération de la gauche démocratique (FGD), économie et politique sont inter-liés: « Le Maroc n’a pas encore tranché : choisit-il la démocratie ou bien un régime autoritaire ? » Selon lui, une rupture avec le modèle économique actuel viendra d’un système permettant « la reddition des comptes ». De même, pour Anas Doukkali du parti du Progrès et du socialisme (PPS), « la démocratie n’est pas celle des urnes mais celle de l’économie ». La réflexion de Khaoula Lachager, représentante de l’USFP porte sur l’idée que « le nouveau modèle économique que pourrait adopter le pays passe par une condition indispensable, celle de l’instauration de la gouvernance ». Pour Samir Belfkih du PAM, « le modèle de croissance devrait garantir un pacte social ».