Tariq Ramadan refoulé par la Mauritanie

Invité pour animer des conférences, Tariq Ramadan s’est vu refuser l’entrée sur le territoire mauritanien.

Par

Crédit: AFP
Crédit: AFP

Invité pour animer des conférences, Tariq Ramadan s’est vu refuser l’entrée sur le territoire mauritanien.

« Mauritanie : arrêté à l’aéroport. Le gouvernement me refuse l’entrée sans explication et m’expulse. Mon huitième ban dans un pays à majorité musulmane. Triste réalité… », a écrit Tariq Ramadan sur sa page Facebook dans la nuit du 15 au 16 juillet.

Dans une vidéo postée deux heures plus tard prise à l’aéroport de Nouakchott et qui comptabilise plus de 320 000 vues, l’islamologue explique qu’ « il semblerait que la décision vienne directement de la présidence », avant d’ajouter : « On me dit et on essaie de m’expliquer que ceci viendrait de l’influence et de la pression française, même saoudienne qui aurait fait pression sur le gouvernement ». De son côté, sur place, l’agence AFP n’a pas eu d’explication de la part des autorités.

 

Tariq Ramadan explique qu’il devait délivrer « un discours qui se voulait positif, rassembleur », lors d’au moins deux conférences. « Quand un, deux, trois millions de Mauritaniens m’appellent leur frère, le gouvernement m’appelle le dissident ou le rebelle », raconte le Suisse.

D’après l’AFP, il devait animer une série de conférences à l’invitation de deux organisations non gouvernementales locales caritatives, « La Marmite du partage » et « Main dans la Main ». Ces associations organisent souvent des conférences-débats et des activités de bienfaisance au profit du grand public.

article suivant

Jair Bolsonaro contracte le coronavirus, les États-Unis divorcent de l’OMS