Le putsch avorté en Turquie vu par les internautes marocains

Vendredi, alors que des militaires tentaient de s’emparer du pouvoir en Turquie, les internautes marocains ont réagi en masse. Tous se sont accordés à supposer le peuple turc essentiellement mûr et exemplaire, mais restent divisés quant au bien-fondé du putsch.

Par

Vendredi, alors que des militaires tentaient de s’emparer du pouvoir en Turquie, les internautes marocains ont réagi en masse. Tous se sont accordés à supposer le peuple turc essentiellement mûr et exemplaire, mais restent divisés quant au bien-fondé du putsch.

 

« J’appréhende la suite. Et mes enfants dans tout ça ? ». Siham El Fakir, marocaine résidant en Turquie, suivant les événements qui s’y déroulent depuis le Maroc, est inquiète. « Ça fait quelques mois que je sens que ça va pas. Là, ça se confirme vraiment. » mentionne-t-elle. Twitter Facebook, ou encore YouTube sont devenus incontournables lors des événements qui secouent le monde.

« Voyez avec quelle lâcheté ils encensent le renversement d’un gouvernement légitime ! » s’exclame un internaute, manifestement pro-Erdoğan. Entre les conservateurs et les pro-AKP, ralliés sans condition à la cause du président, naguère dans la tourmente, les laïques, eux, encensaient déjà une victoire prématurée.

« Coup d’État en Turquie et Fathallah Goulan probable chef d’État…humaniste et laïque… ». Fettah Bennani, président de Bayt al-Hikma, limpide, a parlé. Et a agacé. « Sauf miracle, Erdogan, c’est fini ! » tonne à son tour le journaliste Talal Chakir.

Beaucoup d’internautes, pour la plupart défenseurs de la laïcité, ont abondé dans ce sens : « La faiblesse du régime turc a sa source dans l’excès de son pouvoir, et dans son indépendance du tout-répressif. Ce double abus est destructeur ».

Hyperconnard, le twitto « effronté » y est allé lui aussi de son trait d’esprit : « C’est l’occasion pour Erdogan de compter le nombre d’amis chef d’État dont il dispose. »

La plupart des réactions, en faveur de la légalité, ont rappelé tout de même que la souveraineté appartient au peuple et « qu’aucune section ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice ».

« Le prix Nobel de la paix devrait être attribué au peuple turc qui a évité un bain de sang ce soir, une leçon » écrit le twitto @donilapute qui ajoute, amusé : « Tous les peuples sortent dans la rue pour saisir leur destin, sauf le nôtre, faut dire qu’y a toujours un match de foot à regarder à la TV. »

Asmaa Fakhoury, une activiste au ton acerbe, a fustigé l’attitude des « cellules dormantes » du PJD marocain qui sont montés au créneau pour condamner la tentative de putsch en Turquie, alors qu’elles manifestent du désintérêt pour les maux de la société marocaine. « Ils étaient où, ceux qui défendent la légalité en Turquie quand d’autres coup d’État ont secoué le monde ? » tance-t-elle.

L’un des internautes a salué une armée turque « restée, majoritairement, inébranlable dans les règles de la discipline et de l’honneur », mais il ajoute que la politique du président turc « a affaibli la légitimité du pouvoir ». Un autre a salué «  l’attitude admirable du peuple turc, qui a manifesté sa volonté dans le calme et la réflexion. »

Les utilisateurs de Facebook, dans leur majorité, ont vu dans les manifestations des citoyens turcs « le libre exercice de la souveraineté du peuple. » « Parcourez l’histoire, vous verrez partout les régimes militaires opprimer le peuple qui se plaint de la tyrannie », entérine un facebookeur.

Loubna Amhair, députée parlementaire du Mouvement Populaire, s’est fendue d’un tweet qui salue l’attitude de la présentatrice de CNN Türk qui tenait son smartphone d’une main face à la caméra où le président s’exprimait via Facetime. « La journaliste qui a eu #Erdogan au tel et l’a passé en direct mérite une légion d’honneur, elle a sauvé tout un pays. #Turquie », a-t-elle affirmé.

Divers internautes, laïques et kémalistes, malgré leur opposition à la politique du gouvernement turc, ont désapprouvé la tentative qui voulait renverser le pouvoir : « L’ère des putschs est révolue, l’ère des améliorations a été entamé. Le perfectionnement des volontés populaires ont quitté la forme agressive pour prendre la forme paisible » a écrit l’un d’eux. Un autre rappelle, dans la foulée, que « le gouvernement est institué pour faire de la volonté générale une priorité absolue ; mais les hommes favorisent leur volonté individuelle, et toute volonté ne cherche qu’à dominer. »

 

article suivant

États-Unis : Moderna s'apprête à demander l'autorisation d'utilisation de son vaccin anti-Covid-19