Une vidéo de Beyoncé dansant sur Oum Kalthoum fait polémique

Une vidéo de Beyoncé dansant sensuellement sur une chanson de Oum Kalthoum lors d’une tournée en 2015 a déclenché un tollé sur la toile. Certains internautes l’ont accusée d’appropriation culturelle.

Le site américain Arabamerica.com a récemment publié un article critiquant l’utilisation de la chanson mythique de la chanteuse égyptienne Oum Kalthoum Enta Omri par la superstar Beyoncé lors de sa tournée « On The Run Tour » en 2015.  Il n’en fallait pas moins pour déclencher les foudres de Twitter.

https://www.youtube.com/watch?v=_-ejIHJDGMQ

Dans l’extrait en question, l’interprète de Formation et ses danseuses réalisent une chorégraphie sans équivoque sur un remix du titre Naughty Girl à la sauce Oum Kalthoum. Pour beaucoup,  cette utilisation du chef d’œuvre de la légende égyptienne sur une performance à connotation sexuelle relève de l’exotisme et de l’orientalisme. Pour d’autres, au contraire, le remix est une pratique courante dans le hip-hop et doit être vu comme un hommage à l’héritage d’Oum Kalthoum.

 

https://twitter.com/rajae/status/749282054102192128

 

https://twitter.com/rajae/status/749291795771748352

Ce n’est pas la première fois que « Queen B  » est accusée d’appropriation culturelle. En janvier 2016, elle était apparue en tenue de style Bollywood dans le clip Hymn for the Weekend de Coldplay. De son côté, le rappeur Jay-Z, mari de la chanteuse, avait repris un autre artiste égyptien dans son titre Big Pimpin’ sorti en 2010 et qui sample le titre Khosara d’Abdelhalim Hafez.

article suivant

L’impensable rapprochement entre le Maroc et l’Angola

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.