Al Akhawayn veut devenir la plus écolo en Afrique

Lors de la remise des diplômes de son université, le président d’Al Akhawayn a présenté ses différents projets pour faire de son campus un modèle écologique en Afrique.

Par

Le campus d'Al Akhawayn, à Ifrane. Crédit: aui.ma

Lors de la remise des diplômes de son université, le président d’Al Akhawayn a présenté ses différents projets pour faire de son campus un modèle écologique en Afrique.

À l’occasion de la remise des diplômes pour l’année universitaire 2015/2016, lundi 13 juin, Driss Ouaouicha, président de l’université d’Al Akhawayn à Ifrane, a exprimé son ambition de transformer son campus en l’un des « plus écologiques en Afrique et potentiellement au monde », indique MAP.

Pour se faire, Ouaouicha ambitionne de réduire la facture énergétique de 40% et les émissions de CO2 de 70% du campus. Ce dernier a fait savoir que son université s’était équipée de brûleurs de biomasse pour chauffer sa piscine, pour un budget de 1,2 million de dirhams. Cet investissement sera rentabilisé par une diminution de la facture de consommation du gasoil de 500 000 dirhams.

Le président de l’université ne compte pas se limiter à cela. Il promet le remplacement des ampoules d’éclairage public par des ampoules LED, nécessitant un investissement de six millions de dirhams « qui sera amorti à hauteur de 4 millions de dirhams dès la première année, puisque que la consommation baissera considérablement », détaille-t-il.

Financé et soutenu par l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN), Driss Ouaouicha compte également développer de nouveaux panneaux solaires de meilleure qualité pour permettre, notamment, de chauffer les 2 500 mètres cubes d’eau destinés annuellement aux résidences d’étudiants. Un investissement qui permettrait de réduire le coût de maintenance, de prolonger la durée de vie et d’augmenter l’efficacité énergétique selon le responsable.

L’université a, par ailleurs, annoncé un partenariat avec le Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST) pour « booster la recherche axée sur le développement durable ». L’idée derrière ce partenariat, pour Driss Ouaouicha, est d’axer les projets d’innovation du campus sur la construction de maisons qui utilisent des matériaux écologiques isolants, tel que du plastique recyclé.

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques