Lexis : Ahmed Reda Chami se lance dans les marchés de défense

La société marocaine Lexis présidée par l’ex-ministre de l’Industrie et du commerce, Ahmed Reda Chami, propose son premier modèle «pod de surveillance».

La société Lexis habituellement tournée vers le développement de technologies, les transports et la maintenance, a présenté le 18 mai lors d’une conférence de presse son modèle «Argosia 50 Pod» en partenariat avec la société française Nexeya, spécialisée dans les marchés de la défense, de l’aéronautique et du spatial.

Le pod est un système de surveillance. Il s’installe en dessous des appareils d’aviation. Ses différents capteurs peuvent recueillir plusieurs types d’informations selon les missions souhaitées. Le modèle est présenté comme une «solution modulable autonome et rapidement opérationnelle sur avions, hélicoptères ou drones». Une levée de fonds propres aux sociétés Lexis et Nexeya de près de 130 millions d’euros a permis la conception et l’élaboration du module de surveillance.

À des fins de sécurité et de défense, il permet des observations militaires, d’identifier et de bloquer à distance des cibles, de recueillir des images du sol et des airs. Il est équipé de moyens de communication et peut relayer des informations vers les plates-formes habilitées. Dominique Desveaux, directeur régional de Nexeya, nous explique que le partenariat entre la société marocaine et française veut «mettre à disposition des moyens locaux pour l’armée marocaine et de répondre à la très forte demande des clients que sont l’armée, l’aéronautique et le marché de la défense». Ce co-développement des deux sociétés vise à «améliorer la capacité locale du Maroc au lieu de dépendre des fournisseurs étrangers, tout en visant le développent d’emploi à forte valeur ajoutée. Mais le but ultime est l’autonomie et l’expertise pour le pays» en matière d’industrie technologique et de défense.

Le module permet aussi de surveiller autant les appels téléphoniques que les côtes et les frontières pour réguler l’immigration clandestine, les trafics de contrebande et de drogue. Il fournit également des informations face à des situations d’urgence, d’opération de sauvetage en mer ou d’incendie et lors de manifestations civiles d’envergure. Les missions d’ordre humanitaire peuvent aussi y trouver un intérêt. Eric Dargelos, ingénieur à Nexeya et concepteur d’Argosia 50 Pod, explique avoir reçu une demande du Kenya pour placer «des balises sur les éléphants et les rhinocéros, ce qui permet de l’avion d’avoir une situation globale et tactique de l’ensemble du parc pour combattre les braconniers».

Si le système de surveillance Argosia 50 Pod est le résultat d’une collaboration locale en vue de pénétrer le marché marocain, les sociétés Lexis et Nexeya garantissent déjà plusieurs prospects, notamment au Moyen-Orient et en Afrique centrale.

article suivant

Les vols à destination du Maroc suspendus pour deux semaines à partir du 29 novembre