Comment la BMCE s'est lancée dans le transport maritime

Le ministère des Transports a incité BMCE Bank, investisseur de l'ancienne IMTC, à créer une nouvelle compagnie de transport maritime.

Par

Photo d'illustration. Crédit : geograph.ie.

Le ministère des Transports a à cœur de sauver le pavillon national, qui ne compte plus qu’une compagnie après les faillites successives de la Comanav, de la Comarit et de l’International maritime transport corporation (IMTC). « Nous avons déployé de grands efforts pour les sauver et les relancer », assure Aziz Rabbah, ministre de l’Équipement et des Transports.

Mais comme le naufrage n’a pas pu être évité, le ministère « a contacté la BMCE, à la fois créancier et investisseur dans la IMTC, qui nous a demandé du temps avant de se résoudre à agir », nous confie le ministre. Et de poursuivre : « Mais après la mort du propriétaire de l’entreprise [commandant Mohammed Karia, décédé en mars 2016, ndlr], les choses se sont compliquées davantage. Nous avons donc négocié avec ladite banque pour créer une nouvelle entreprise ».

D’après le ministre, la compagnie existe déjà : « Morocco Africa Lines a vu le jour ». L’entreprise de droit marocain serait détenue par la BMCE et des investisseurs étrangers. Le ministre PJD précise qu’elle se charge du transport de passagers et de marchandises vers l’Afrique.

Selon l’édition du 23 mai du quotidien L’Économiste, qui précise que les négociations entre le ministère et la banque ont duré trois ans, la nouvelle compagnie devra acquérir neuf nouveaux navires, d’une capacité minimale de 1 000 passagers et entre 200 et 400 places de voitures. La même source précise que la compagnie sera obligée d’employer des Marocains, parmi lesquels les anciens effectifs des compagnies marocaines qui ont coulé.

Aujourd’hui, Intershipping est la seule compagnie 100 % marocaine opérant sur le détroit.

article suivant

Hammouchi a reçu le chauffeur du triporteur agressé par un policier

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.