Chris Brown, un bad boy en ouverture de Mawazine

Chris Brown était sur la scène de l’OLM Souissi le 20 mai pour l’ouverture de la 15e édition du festival Mawazine à Rabat. Ambiance très chaude.

Par et

Chris Brown à Mawazine le 20 mai 2016 - Photo : Yassine Toumi / TelQuel

Si Chris Brown chantait en darija, le festival Mawazine tiendrait probablement déjà, dès son concert d’ouverture du 20 mai sur la scène de l’OLM Souissi, sa première polémique. Mais Chris Brown, chante en anglais.  Les paroles semblent tout droit sorties d’un échange de sextos [textos à caractère sexuel, ndlr] : « I just wanna see you strip », « Girl, I’m gonna make you wet », « When I’m inside you, i’m gonna tease you right », etc… Les chorégraphies du chanteur américain illustrent bien les propos. Un morceau particulièrement « hot ». Et ça marche. Le public, très jeune, est largement au rendez-vous. Les filles se pâment (en dehors de toute considération politique), et les garçons affluent (en dehors de toute considération sexuelle).

Pourtant, tant de tendresse affichée par le chanteur de 27 ans peut surprendre, car en privé, Chris Brown ne s’illustre pas uniquement comme parfait gentleman. En 2009, il a été condamné pour violence conjugale envers sa petite amie de l’époque, la chanteuse Rihanna. Elle lui a pardonné depuis, il paraît même qu’ils ont entamé une nouvelle relation. Chris Brown n’est pas non plus un parfait passager en avion. Quelques jours avant son concert à Mawazine, à bord d’un jet privé entre les États-Unis et Cannes où il se rendait pour le festival, Chris Brown a été expulsé de l’avion avec son équipe, selon le site TMZ et les vidéos Snapchat d’un compère du chanteur. Le pilote a senti une forte odeur de cannabis provenant de la cabine et s’est détourné vers Miami après que les passagers refusaient d’éteindre leurs joints. À l’atterrissage, les passagers ont été sommés de quitter l’avion par la police. Rien de tel à priori à son arrivée au Maroc. Le chanteur s’est au contraire fendu d’une vidéo tout sourire sur le tarmac.

article suivant

Jerada : du soulèvement de la rue au soulèvement par les urnes