Le Maroc évite un remake du 16 mai et la proclamation d'une “wilaya” de Daesh

Une cellule menée par un Tchadien et des jihadistes Marocains et Algériens prévoyait des attaques terroristes contre des missions diplomatiques et des lieux touristiques. Le remake du 16 mai a été évité.

Par

Les sanglantes attaques du 16 maiPhoto : DR

Les services de sécurité du royaume le disent sans ambages : le Maroc a fait avorter ce vendredi 13 mai un vaste projet terroriste qui envisageait un remake des douloureuses attaques perpétrées le 16 mai 2003, qui avaient occasionné 45 victimes et des centaines de blessés à l’époque. Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur, reçu par la rédaction de Telquel.ma, un “projet terroriste” qualifié de “dangereux” a été avorté par le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ).

À la tête de ce nouveau réseau démantelé, un citoyen tchadien affilié à l’organisation État islamique (EI) arrêté ce vendredi à Tanger. Ce jihadiste présumé a atterri à l’aéroport Mohammed V de Casablanca  le 4 mai 2016 en provenance du Tchad. L’envoyé de Daesh avait pour mission “d’encadrer” et de “former” des cellules dormantes composées d’“extrémistes Algériens et Marocains”. Ils avaient pour visée la préparation d’attaques terroristes, qualifiées de “ciblées” par la même source. Les membres de ce réseau voulaient s’attaquer à des “missions diplomatiques étrangères” et à des “lieux touristiques”  afin de “déstabiliser la sécurité et la stabilité” du Maroc, conformément aux plans de l’organisation terroriste. Aucune information concernant la taille de la cellule et l’arrestation de ses autres membres n’a été communiquée pour le moment .

Et ça ne s’arrête pas là. Le principal mis en cause a mené des “opérations de reconnaissance” sur les lieux désignés pour les attaques qui devaient être simultanées, note le communiqué. Objectif: « créer la zizanie au sein des forces de l’ordre et maximiser les pertes humaines et matérielles à l’image des événements sanglants du 16 mai« , poursuit la même source.

Le ressortissant tchadien comptait même proclamer une “wilaya” affiliée à “l’Etat islamique” dans l’est du royaume.

Les autorités marocaines notent que cette opération préventive intervient alors que l’ampleur de la menace terroriste de Daesh gagne en importance : L’organisation jihadiste ambitionne la création de “wilayas” affiliées, à l’image de ce qui se passe en Libye. Dans ce même communiqué, les autorités ajoutent que Daesh tente un changement de stratégie en envoyant un de ses membres issus de pays subsahariens au Maroc.